RechercherRechercher  AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Vampire] Zéphyr Soara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 112
Lien de sang ? : -
MessageSujet: [Vampire] Zéphyr Soara Lun 25 Mai - 16:59

550 de large
Zéphyr Soara

100x100

Nom :

Soara

Prénom :

Zéphyr

Race :

Vampire
100x100

Âge :

522 ans

Date de naissance :

14/02/2778

Lieu de naissance :

Un petit village en Bretagne
100x100

Calice ou Esclave de chair ?

-

Métier/Activité

Messager


Votre Histoire...
Mon enfance, je m'en souviens peu. Il faut dire que déjà cinq cents vingt-deux ans se sont écoulés depuis que j'ai poussé mon premier cri. Je vivais dans la campagne Bretonne avec mes deux parents et mes frères et sœurs. Nous étions cinq si mes souvenirs sont bons. Trois garçons et deux filles. Je ne me souviens plus de leurs prénoms, ni même de ceux de mes parents. C'est à peine si je me souviens du visage de toute cette fratrie. C'est du passer bien tôt lointain. Je me souviens juste que mes parents avaient une bonne situation, que je n'ai manqué de rien. Les seules choses qui me restent de cette époque sont le goût prononcé pour les desserts breton et l'écriture qui va de paire avec la lecture et des bases d'apprentissages qu'on obtient tout au long de sa scolarité.

Je n'ai pourtant pas eu beaucoup de connaissance par l'école. En effet, c'est à l'âge de douze ans que j'ai quittés le monde des humains. La guerre faisait rage entre les vampires et les humains depuis plusieurs mois. Les années d'avant, la population prenait peur en entendant parler de ces créatures pour la première fois. Mon père était parti au combat, ma mère nous gardait tous à l'abri dans notre maison. Mais malgré toute la vigilance dont elle fut preuve, des vampires ont fini par attaquer le village. Dans le groupe, deux vampiresses. Deux sœurs qui semblaient avoir une différence de physique d'environ cinq ans au moins.

J'étais le deuxième garçon et je voulais porter secours à mon ainé juste après que notre mère tombe au sol, morte. Lui avait refusé, nous demandant de partir pendant qu'il les occupait. Mais je n'ai pas supporté de voir l'une des femmes mordre mon frère vivement au cou pour aspirer tout son sang. A peine était-il tombé au sol comme une vulgaire poupée de chiffon, que j'ai rebroussé chemin pour sauter sur la plus jeune des vampiresses. Avec ma force de moucheron, déjà à l'époque, c'était à peine si je la chatouillais. La plus vieille vient me chasser de la jambe de sa sœur que je peinais à blesser. Je pensais que mon heure était venue, l'ainée s'apprêtait à mordre dans mon cou lorsque la cadette l'arrêta et me prit dans ses bras pour me coller contre elle est sa généreuse poitrine.

A partir de ce jour-là, je quittai le monde des humains pour toujours. Bien qu'on ne me transforma pas tout de suite. Il faut dire que j'aurais un physique bien plus enfantin que celui que je possède actuellement ! En tout cas, je dois mon salut à ma beauté qui n'avait pas laissé de marbre la plus jeune. Mon sang aussi apparemment était très goûteux à l'époque puisqu'elles firent de moi leur calice. Un jour l'une, l'autre jour une autre. En tout cas, par ces charmantes créatures, je suis rentré dans cette situation peu confortable. Bien que la plus jeune, Roxana, me gâtait rien que pour espérer me voir sourire.  Mais à cette époque, je n'avais plus le goût à rien. Je repensais sans cesse à la mort de ma mère et de mon frère. J'espérais que mes autres frères et sœurs soient loin, très loin d'ici.

Je n'étais pas traité comme un esclave malgré mon rang de Calice. Je devais juste me tenir sage, à rester  dans la maison qui leur servait de repaire. Elles, elles partaient à la nuit tombée pour ne revenir qu'au petit matin. Les sœurs allaient à la guerre, j'en étais persuadé. Les années s'écoulèrent ainsi. Ce fut long. Je n'ai jamais eu la marque que l'on appose désormais au manoir pour ne pas faire vieillir les humains. Alors, j'ai continué à grandir. Mes journées étaient rythmées par un lever tardif. Je vivais encore au jour à ce moment-là. Roxana m'offrait des livres et parfois quelques jouets qui étaient restés dans des demeures environnantes. Bien sûr, avec l'âge, elle m'en offrait moins, m'offrant plutôt les livres justement. Avec les connaissances recueillit dans les ouvrages, j'ai appris à me débrouiller seul. Principalement la cuisine, il fallait bien que j'arrive à me nourrir si je voulais survivre aux pompes quotidiennes. Cela ne les dérangeaient pas de m'apporter des ingrédients qui étaient de plus en plus précis aux fur des années.

Enfin, en apparence cela n'avait pas l'air de déranger. Roxana affichait toujours une certaines douceur, pour moi, c'était devenu ma mère de substitution et j'avais encore bien du mal à me considérer comme un adulte tant l'emprisonnement me rendait dépendant. Je n'aurais même pas pu fuir, même si elles n'étaient pas là la nuit. La troupe à laquelle elles appartenaient, avait investi le village dans lequel nous étions. Ainsi, il y avait toujours un ou deux vampires pour veiller sur le village, mais aussi, sur les quelques Calices qui se retrouvaient à l'intérieur.

La guerre prit fin. Je ne sais pas combien d'années il s'était écoulé, les vampiresses ne m'avaient jamais fêté mon anniversaire, je sais juste que j'étais grand désormais, physiquement parlant, je n'avais même pas vu passer mon adolescence. Je n'ai jamais réussi à me voir complètement dans un miroir, seul le reflet de l'eau dans les casseroles parvenait à me refléter les traits de mon visage et de mes cheveux. Je me souviens parfaitement du jour où j'appris la fin de la guerre. Elle était déjà prononcée depuis quelque temps, les vampires avaient gagnés, mais je ne m'en plaignais pas, je n'avais pas à me plaindre de mon sort. Certains humains auraient aussi fait le choix de se résigner à devenir des Calices.

Philona l'ainée avait proposé de quitter cet endroit pour aller ce trouvé un Calice plus jeune, qui aurait un goût plus subtil que celui que j'avais désormais. Il faut dire que j'avais consommé aussi, avec ma mère de substitution, tel le complexe d'Œdipe, on s'était abandonné dans les bras l'un de l'autre plus d'une nuit, me faisant perdre ma virginité. Roxana ne voulait pas m'abandonner justement, ni même me tuer comme le suggérait l'ainée. Je me souviens m'être accroché à la plus jeune pour espérer qu'elle me protège. J'étais pourtant plus grand qu'elle, mais j'essayais désespérément de survivre en me planquant comme je le pouvais. Philona a fini par être exaspérer par l'attitude de sa sœur et s'est jeté sur elle pour la mettre hors d'état de nuire le temps de me tuer. Enfin… C'est ce qu'elle cru.

Je fus rapidement mit au sol, un couteau à la main, elle trancha ma peau, loupant de peu mon cœur. Le prochain coup allait être le bon quoiqu'il arrive. Je perdais déjà du sang. Je fermais les yeux, je ne pouvais pas rivaliser avec elle dans tous les cas. Et puis, le tintement de la lame retendit plus loin. J'ouvris les yeux et aperçu Roxana juste au-dessus de moi. J'ai sourit une fraction de seconde. Sa sœur était à terre, vraisemblablement morte, le cœur arraché. Je pris peur à cette vision d'horreur. Mais la cadette aussi était blessée, mortellement même. Ils se regardaient avant qu'elle ne sorte dans un souffle « Vie ». Ses crocs ont transpercés une dernière fois ma peau, j'ai senti mes forces me quitter petit à petit, jusqu'à me faire sombrer.

Lorsque j'ai reprit connaissance, mes canines s'étaient allongées et étaient devenus pointus. Je me sentais en très grande forme et la blessure sur mon pectoral avait cicatrisé, me laissant quand même une marque. Juste à côté de moi, gisait Roxana. Elle était morte, morte en me protégeant et en faisant de moi un être immortel. Je n'avais plus aucun moyen de revenir dans le monde des humains.

Alors, je suis sorti du village désormais désert. J'ai tenté de manger comme avant, mais la faim était toujours là et mes forces s'amenuisaient. J'étais balayé par le chagrin, regrettant d'avoir été un humain aussi faible. J'étais certes, devenu un vampire. Mais trop tard pour la sauver. Il fallait que je me débrouille désormais seul et sans aucune connaissance sur les vampires. Et j'ai véritablement apprit tout seul. Bien sûr, tout ne s'est pas fait en un jour et c'est la faim qui m'a poussé à mordre le premier humain, donc je ne me souviens même plus du sexe ni même de l'apparence.

Bien sûr, le deuxième aussi fut difficile. Pourtant, le sang ne me dégoûtait pas comme je l'aurais pensé. C'était bon, mais je n'en étais pas plus friand que ça. J'ai beaucoup voyagé à travers le pays. A pied au départ, puis, j'ai fini par voler mon premier cheval à des paysans. Bien moins fatiguant que marché, même si mon endurance était bien plus forte. Mais je n'avais toujours pas de chez moi. Je n'arrivais pas à trouver de vampire vagabond comme moi, ni même de groupe. Avec le Caliçat, beaucoup de vampires s'étaient rassemblés pour obtenir l'humain qui leur était dû. Mais moi je refusais de prendre un Calice. Avec le temps, pour éviter de souffrir de la faim à cause de mes longues traverser sans âme qui vit à l'horizon, je vidais totalement les humains que je pouvais croiser. Sans prendre plus qu'il n'en faut bien sûr. Par ailleurs, je laissais les témoins prendre peur et raconter leur déboire à droite et à gauche de façon à me sentir craint, à me sentir supérieur. Mine de rien, j'ai rapidement prit goût à tout ça, oubliant qui j'étais avant, oubliant que j'étais un jour comme eux, des humains.

Mais il me fallait trouver un endroit, un port d'attache. Je vivotais et la solitude me pesait. Il faut dire que cela faisait cent cinquante ans que j'étais devenu vampire. J'avais encore du mal à me dire que les vampires étaient mes nouveaux congénères. Après tout, j'ai vu les vampires se déchirer également, à cause de moi, d'un humain.

A force de persévérance, j'ai fini par trouver un groupe de vampire qui s'était réfugié dans un coin isolé. Et contrairement à ce que je pensais, on m'accepta comme l'un des leurs, comme si j'étais de la famille. Cela me réchauffa le cœur, je n'avais pas sourit depuis tellement de temps que ma mâchoire m'avait fait mal ! Les jours qui ont suivi me réconfortait toujours dans cette idée. Ces vampires-là n'étaient pas vraiment pour le Caliçat, enfin, ils trouvaient que la manière de faire était trop souple. Pour le peu que je connaissais de cette loi du sang, je dois avouer que je n'appréciais pas trop. Nous étions réduit à un seul met et personnellement, j'aime mordre dans la chair fraîche et goûter le liquide au goût diffèrent selon les personnes.

Le groupe était plutôt sédentaire, ils avaient bien quelques humains qu'ils tentaient de reproduire tel un élevage, tout en se servant à leur cou de leur sang. Ça me plaisait bien plus que devoir me restreindre à un Calice. Puis, je me suis demandé si nous vampire, nous pouvions avoir des enfants. Beaucoup mon dit que ce n'était jamais arrivé. Mais j'ai tenté le diable bien des fois. Je peux comprendre qu'avec Roxana ça n'a pas pu marcher, j'étais humain à l'époque, mais maintenant, j'étais un vampire. Alors, je me suis laissé aller de nouveau vers la luxure que j'avais abandonnée depuis tant d'années, meurtri par le souvenir de ma mère d'adoption. Pourtant, rien n’aboutis, aucune vampiresse de tomba enceinte. C'était donc vrai, les vampires avaient un seul moyen de se reproduire, transformer un humain en vampire. Le bétail qui devenait prédateur. Drôle des choses. Plusieurs partageaient mon avis et de ce fait, refusaient de transformer un humain, même mourant. C'était du bétail de toute façon et en plus, ils pouvaient se reproduire contrairement à eux.

Et puis un jour, j'ai découvert une autre facette de la luxure. Moi qui était habitué aux courbes et rebondis des femmes, j'ai un jour changé de cap. Ça ne ce n'est pas tellement fait naturellement il faut bien le dire… Je n'avais pas remarqué à l'époque, mais le chef de la bande me regardait très souvent avec une certaine gourmandise qui me dépassait à l'époque. Je ne boycottais pas les relations entre mâles, mais j'avoue que je n'en comprenais pas tellement l'intérêt. Ce fut mon chef qui le montra. Un vampire bien plus solide que moi en apparence, bien plus vieux aussi. Je ne me suis pas inquiété une seule fois quand il m'avait demandé de venir voir dans sa chambre pour parler du potentiel départ qu'on prévoyait avec le reste du groupe. Mais au final, ce fut dans son lit que j'atterris, gémissant, prit par le plaisir nouveau qui s'emparait de moi alors que j'étais encore déchiré par l'incompréhension.

Je me suis enfui juste après ça. J'ai prit mon cheval et j'ai galopé toute la nuit pour fuir le campement. Je n'ai prit avec moi que ce que je pouvais emmener, plus de bijoux que de beaux tableaux ou de belles statues récupérés lors de fouilles dans les villages alentours. Il faut dire que je commençais déjà à être collectionneur de belles choses.

Le lendemain, j'étais déjà loin, mon cheval était trop fatigué pour continuer à courir, alors, je descendus pour marché à ses côtés encore quelques kilomètres, jusqu'à pouvoir me réfugier dans un abri de fortune. L'un de ses abris enterré que les humains avaient conçu. Je me suis reposé une journée avant de repartir sur mon cheval de l'époque. J'ai continué, encore et encore, jusqu'à retrouver ma Bretagne natal.  J'ai libéré l'animal devant une maison semi-enterrée éloignée de tout. Il y avait un Hermite à l'intérieur. Le fumet qu'il dégageait été infecte, je l'ai tué sur le champ et balancé son cadavre dans la forêt la plus proche. L'odeur était insupportable à l'intérieur, mais je tenais vraiment à garder cet endroit isolé du monde. Isolé et suffisamment bien caché pour qu'on ne vienne pas piller ce que j'ai mit à l'intérieur. Je l'investis bien rapidement, d'ailleurs, c'est désormais ma petite maison de vacances. Tous mes objets de valeurs sont à l'intérieur. J'ai refait les murs, la décoration avec des éléments de choix. Bien sûr, je n'ai pas fait ça tout seul. J'ai attaqué certains bétails ayant assez de savoir-faire pour me refaire les tapisseries et les soieries. La maison de pierre ne payait pas de mine de l'extérieur, mais à l'intérieur, c'était un vrai petit palace. Bien entendu, je m'abreuvais du sang des ouvriers à la fin du contact jusqu'à les vidé intégralement. Les corps finissaient bien souvent en forêt pour nourrir les loups et autres prédateurs qui éraient dans le coin. D'ailleurs, ce fut un très bon moyen de s'assurer une protection supplémentaire pour cette maison de plaisance.

Mais rester seul n’est pas spécialement une bonne chose et j’avais besoin de troquer mes services pour obtenir plus d’argent et par définition, plus d’objets encore ! Je pouvais piller, mais les alentours avaient déjà été fait par moi-même et d’autres avant moi. Autant dire que depuis tout ce temps, beaucoup de choses circulaient chez les vampires et sans doute même chez les humains. J’aurais pu faire marchant avec mes connaissances, mais ça serait trop dur pour moi de laisser partir de très belle pièce. Alors, étant donné mon temps passé à explorer la France, on pouvait dire que j’avais une assez bonne connaissance du milieu. Je savais comment repérer les villages humains également, après tout, j’avais chapardé quelques brebis pour qu’ils travaillent pour moi.

J'ai reprit la route, un nouveau cheval comme monture. Oui, encore. Mais je devais approcher des trois cents cinquante ans. J'ai cherché longtemps. Avant de trouver un travail qui me permettait une certaine liberté. En effet, vers la Savoie, en pleine région montagneuse, plusieurs groupements de vampires travaillent ensemble, dirigeant par la même occasion plusieurs villages d'Hommes. Bien sûr, il était difficile d'arpenter les montagnes, il fallait une bonne connaissance du terrain et de la météo, ce que je possédais. On m'engagea donc comme messager et parfois en tant que transporteur. Avec le temps, on fut même deux à faire ce travail. A vrai dire, ce fut plus de la formation pour que mon disciple puisse faire des trajets différents du mien par la suite. Un plus jeune vampire que moi dans les fait, mais il avait une apparence qui équivaut à mon âge humain à l'époque de la morsure. Un joli blondinet aux cheveux légèrement rebelles. Des yeux d'un joli brun aux reflets violet. Oui, j'étais sous son charme. Il faisait tellement fougueux. Moi, je ne représente pas cette impression de liberté, alors que je le suis et j'apprécie faire ce que je veux, même claquer la porte et partir chercher du travail ailleurs. Mais lui, son regard le traduisait à lui seul.

Nous avons passés plusieurs mois ensemble, presque un an. Je lui ai enseigné bien des choses, mais il restait encore tant à apprendre. Les nuits froides nous avaient rapprochés. On se lovait l’un contre l’autre jusqu’à partager notre chaleur en accordant nos corps. Ça s’était fait tellement naturellement que je ne pris pas peur. Je me sentais tellement bien dans ses bras et lui dans les miens. Nous avons essayés bien des choses ensembles, mais je me garde de vous les dires…

Cyrill, il s’appelait Cyrill. Un jour, nous avons décidés de prendre des vacances, ensemble. Je souhaitais lui faire profiter de mon petit chez moi et tant qu’à faire, ramener les quelques objets précieux dans ma demeure. Nous sommes partis sans contrainte de temps, sur un terrain bien plus favorable que la montagne. Bien plus favorable aussi pour tendre des embuscades…

Mon compagnon et moi somme arrivé en forêt, ce fut à ce moment-là qu'une bande de voleur humains s'attaquèrent à nous. Nous étions loin de porter des armures déjà en tant normal, alors là, nos tissus ne pouvaient pas arrêter les flèches. Je fus touché, mais Cyrill bien plus gravement… Mon amant avait prit plusieurs flèches dont une en plein cœur. J'ai crié son prénom, mais il ne m'entendait presque pas. J'ai rapidement sauté de mon cheval pour tuer de mes mains les voleurs. Mes mains tranchèrent des têtes, coupèrent des aortes. Une effusion de sang qui tâcha aussi bien mes vêtements que mon visage. J'avais mal, une des flèches avaient percé mon épaule, l'autre mes côtes de droite, puis une troisième, non loin de la deuxième. Je rattrapai les derniers peureux pour les tuer avant de revenir bien moins vite vers l'endroit de l'attaque, marchant à côté ou même sur les cadavres. Mes genoux flanchèrent et je tombai juste à côté de Cyrill. Les larmes commença à coulés, cela faisaient tellement longtemps. Je souffrais autant de sa perte que celle de Roxana. J'ai dû arrêter mon voyage le temps que mes plaies se soignent. J'enterrai mon compagnon, pas respect pour lui je ne pouvais pas laisser son cadavre aux bêtes sauvages. Par contre, je laissai les humains dans l'état.

Je me suis forcé à reprendre ma route, allant jusqu'à ma demeure. J'étais à pied, j'avais encore certains de mes objets, mais le retour fut amère. J'avais pu voir à quel point les humains pouvaient être déterminés à nous tué. Il fallait vraiment resserrer le système au risque qu'un jour, le bétail arrive à nous tuer ! Je me suis mit à les détester, à les haïr. Et cette rage est toujours présente en moi.

Je ne suis pas revenu en Savoir après ça, j'ai préféré rester dans ma demeure pour me calmer, pour me reposer. Jusqu'à ce que qu'un vampire vienne prendre contact avec moi, me conseillant de me rendre au Manoir de Roncepourpre, qu'un travail l'attendait là-bas. Après hésitation et un an encore de solitude, j'ai fini par me rendre là-bas.

Un nouveau cycle commença pour moi. Je pris de nouveau le métier de messager, communiquant entre le Bourbier et le Manoir. Parfois même, je sers d'interlocuteur entre différents vampires au sein même du manoir. Je profite de se statut pour serrer la vis dès que je viens dans ce village à bétail. Après tout, ils ont bien besoin de ça et Alastair doit être au courant que même si je le respecte et l'admire pour sa réussite, je garde une réserve sur sa manière trop laxiste de traité les humains. Certes, j'apprécie grandement ses méthodes pour dresser les esclaves de chair ou même futur Calice, j'aimerais bien subir le même « dressage » de la part de beaux vampires. Mais le fait de ne pas garder une emprise permanent sur le Bourbier, le fait que certains ne se sentent pas concerné par le Caliçat, car ils sont devenus trop âgé ou sont mêmes trop jeune ou tout simplement pas le premier garçon de la fratrie. Tout cela reste comme des électrons libres potentiellement dangereux.

Je suis désormais au service de Monseigneur de Roncepourpre et du manoir tout entier depuis deux ans. Refusant le Caliçat et m'abreuvant dans d'autres villages proches du Bourbier et ne possédant pas la protection mise en vigueur par Alastair. Je poursuis mon travail de message, jouissant de ma position pour parfois repartir plus loin afin d'alerter si des villages alentours comptes s'opposer à nous. Et de temps en temps, je rentre chez moi, rapportant certains trésors. Ma collection est d'ailleurs divisée entre mes appartements au manoir et ma petite maison semi-enterrée. Bien sûr, le plus gros se trouve dans ma demeure personnelle. J'ai désormais un nouveau cheval et un chien, chose que je n'avais pas avant mon arrivée au manoir. J'ai fini par en acheter un et le dresser pour attaquer tout humain qui s'approcherait un peu trop près de moi lors de mes interventions en dehors du manoir. J'évite qu'il ne tue au Bourbier, mais le laisse volontiers tuer dans d'autres villages, lui en donnant l'ordre même parfois. Il est cependant bien plus difficile à maîtriser dans l'enceinte du manoir, car oui, mon chien me suit dans le manoir et dort dans mes appartements, près à défendre son maître en cas d'attaque surprise. Le seul problème, c'est qu'il serait capable d'attaquer pour un rien, d'où le fait qu'il reste en muselé dans le manoir et jamais loin de moi.


100x100

Votre plus grand rêve :

Assouvir totalement la race humaine pour en faire du bétail qu'on élèvera pour ne jamais manquer de sang.

Votre plus grande faiblesse :

Les femmes ? Non, je suis malheureusement bien plus faible quand on me présente des objets de grande valeur.

Votre péché mignon :

Le regard dévasté des humains à qui on a tout prit ? Avec un peu plus de sérieux, ce n'est pas le sang qui pourrait me faire tourner la tête, mais le bon vieux jus de pomme ! Et le cidre aussi par définition. Avec une bonne crépe nappé de caramel au beurre salé, un vrai régale !
100x100

Êtes-vous majeur ?

Oui je le suis toujours depuis la dernière fois
100x100

Comment avez-vous trouvé le forum ?

Double-compte

Quelque chose à dire à propos du forum?

Nop ! Si ce n'est que je suis content de voir le forum se remplir !

Et vous avez lu le règlement?

Oui
Votre physique
Merci de compléter ce formulaire un peu indiscret...
♣ Taille : 1m84
♣ Poids : 78kg
♣ Couleur de cheveux : Rouquine
♣ Couleur des yeux : Brun avec des reflets ambré selon la luminosité
♣ Tatouage, piercing, cicatrice ? Un longue cicatrice sur son pectoral gauche, non loin du cœur. Et deux points au niveau du cou, sur l'aorte, cicatrises qui témoignent de mon passé humain.
♣ Êtes-vous vierge ? Un vampire qui vit depuis si longtemps ne l'ai plus depuis longtemps !
♣ Description : Ah ! Ma belle crinière de feu ! Je la coupe que très rarement, d'où le fait qu'elle descend en cascade jusqu'au creux de mes reins. Si je les surnomme  « crinière » c'est bien à cause de leur difficulté à les rendre totalement lisse. Bien que les mèches qui cavalent mon échine paraissent lisses, un bel épi fait toujours son apparition sur le sommet de mon crâne. Qui plus est, impossible de coincé la mèche qui me revient devant l'œil, elle refuse de rester derrière mon oreille. Mais malgré tout, je voue un certain culte à ma chevelure et serait prêt à dépenser des fortunes pour les garder brillant et soyeux !

J'aime bien mes yeux aussi, la pupille est d'un brun qui tire vers l'orangé. Ils ne valent pas mes cheveux, mais que voulez vous, un vampire n'a pas assez de pouvoir pour pouvoir se métamorphosé à volonté. Par contre, la forme subtile de mes yeux, allongés et très petit en hauteur, leur donnent un côté délicat, enfin… Plusieurs trouvent qu'ils me donnent un côté plutôt sournois. En tout cas, ils s'accordent très bien avec mon visage qui est fin dans son ensemble, du nez, jusqu'au menton.

Mon corps tout entier fait pale figure face à certains vampires. En effet, je n'ai jamais été taillé pour le combat. Mon corps reste fin, à la limite de l'androgyne. Ma peau est plutôt blanche, mais avait un joli teint de pêche lorsque j'étais humain, enfin je crois… Ca remonte à si longtemps. Mes doigts sont longs et fins pour mieux explorer toutes failles chez le corps d'autrui et apprécier la délicatesse des parchemins dans lesquels j'archive tous les messages passé entre le Bourbier et le Manoir, sans compter mes anciennes missions de messager à droite et à gauche. Ma peau ne semble avoir aucune imperfection au premier coup d'œil et si l'on ne me voit pas dévêtu, cette irrégularité ne se verrait même pas ! Malheureusement, je ne peux rien y faire, j'ai eu cette cicatrise non loin du cœur peu de temps avant de devenir un vampire.

Mais pour la cacher au quotidien, mes couches de vêtements suffissent bien. La première est une sorte de sous pull noir dont on ne voit que les manches et un pantalon assorti. Un manteau blanc vient couvrir ce haut. Ma propre marque est joliment brodée dessus. Un col artificiel est ajouté autour de mon cou et un tissu délicat et blanc me sert de foulard. Il m'arrive d'intervertir les couleurs au grès de mes envies. Par ailleurs, j'inverse principalement lorsqu'il m'arrive d'annoncer une mauvaise nouvelle.
Votre mental
Ce formulaire nous sera utile pour vous aider à trouver un Maître ou un Calice, alors remplissez-le avec soin !
♠ Trois qualités : Loyal - Raffiné - Instruit
♠ Trois défauts : Sadique - Autoritaire - Gros collectionneur de belles choses
♠ Préférence sexuelle : Ambivalent à tendance Dominant. Après, avec mes semblables, je suis plutôt doux, voir même soumis. Mais avec les humains, les voir totalement à ma merci me comble de bonheur, autant le dire tout de suite, je peux employer la force pour obtenir ce que je veux.
♠ Description : On dit de moi que je suis quelqu'un qui tient aux vampires comme si s'était ma famille. C'est totalement vrai. Même si nous ne nous entendons pas tous, les familles n'ont jamais une harmonie parfaite. Mais je la servirais quoiqu'il arrive. S'il faut rentrer de nouveau en guerre contre le bétail, j'irais au front s'il le faut, pour protéger les plus, pour protéger les plus vieux. Car je le sais, je ne suis que du menu fretin, je n'ai pas un niveau hiérarchique très élevée, je fais parti de la chair à canon. Une chair à canon qui souhaite changer la condition du bétail pour le rendre totalement soumis, sans distinction d'âge ou de sexe.

Oui, je déteste les humains ! Je les haïs ! Ils devraient s'en tenir à nous nourrir et rester bien gentiment dans leur coin. Ils se plaignent de leur condition actuelle ? Ils sont nourri grâce à nous ! On leur apporte même de quoi se vêtir ou faire des couvertures ! Donner leur sang, ce n'est pas cher payer pour continuer à vivre à nos crochets. Dire que certains se rebelles… Tss… Je m'amuse à piétiné leur fierté. Je ne peux malheureusement pas tuer un humain du Manoir ou du Bourbier, mais en dehors, je m'en donne à cœur joie. Que ce soit en les vidant de leur sang, qu'en tranchant l'aorte, voir même en perforant leur poitrine pour atteindre le cœur. Dans le manoir, je reste bien plus soft, enfin, si on peut dire que c'est soft… J'emmène sans mal les esclaves de chair qui s'amusent à mettre la zizanie dans la salle de torture pour commencer un dressage digne de ce nom ! Les coups pleuvent. Les brûlures aussi parfois, tant qu'elles restent superficielles. Mais je touche rarement aux humains sexuellement parlant. Ce serait comme un lion qui tenterait de se faire une gazelle, invraisemblable.

Pour en revenir à ma famille. J'éprouve une très grande admiration pour les plus vieux, surtout si leur statut social s'en ressent et qu'ils possèdent bien plus de choses que moi. On pourrait en élire un comme notre chef suprême, je serais capable de courber l'échine à son passage en signe de respect ou même plus s'il le souhaite. Je me laisse facilement bercé par mon admiration que je serais capable de me plier en quatre pour satisfaire un vampire possédant bien plus que moi. A contrario, j'agis comme un grand-frère ou un père envers les plus jeunes, voir un mentor ou un disciple pour ceux demandant mon savoir. Je ne dis jamais non pour le transmettre. Comme je peux accepter volontiers de laisser mon côté adulte et effacer ma part d'ombre pour ne pas inquiéter les vampires les plus innocents. Je suis capable de faire preuve de tendresse, mais cela va rarement plus loin qu'un câlin. Les plus jeunes doivent garder leur innocent et laisser les plus grands s'amuser entre eux. Je me suis remit de la mort de Cyrill, en quelque sorte… Je ne cherche plus à me lier à quelqu'un, mais à ne penser qu'au plaisir de l'instant et la compagnie agréable avec qui je le passe.

Bétail que je suis capable d'humilier autrement que par la salle de torture ou la salle des trophées. Il existe bon nombre de jouet ou objet de torture que l'on peut coincé dans leur corps, d'autres qui titilleraient de près certains parties sensibles et tout cela à la vue de tous, traîner à la laisse comme un chien s'il le faut. L'humiliation pour mieux les calmés. Les laisser en exposition dans une pièce c'est bien, mais c'est encore mieux si tout le monde peut en profiter. Et puis, parfois, si je tombe sur un vampire au envie très pressé, à la bave à la limite de dégouliner et à la jolie bosse bien prononcé, je lui cède sans grand mal l'esclave que je malmène.

Je ne garde aucun des humains que j'ai traumatisé en Calice. Je ne leur demande pas et il est bien rare que l'un d'eux me le demande. Comme je l'ai dit, je préfère encore attaquer hors des limites du Manoir et du Bourbier. Je suis capable de rester quasiment un mois sans boire de sang. Et quitte à choisir mon repas du mois, je préfère le faire toujours diffèrent. Oui je suis quelque peu difficile, mais je dirais plutôt raffiné puisque moi au moins, je suis encore capable d'apprécier certains plats humains, notamment les desserts sucrés, surtout ceux venant de la Bretagne. Par ailleurs, en parlant de raffinement, j'apprécie beaucoup les bijoux, peintures, statues, vases. Créer par les humains ou pas nous. Seul ceux vantant des mérites des Hommes ne m'intéressent pas. A l'inverse, les réussites des vampires retranscrits à la peinture attise toujours ma convoitise. J'aime les bijoux, mais j'en porte peu, c'est plus que j'aime les collectionner et les mettre sous vitre tel les joailliers dans leur vitrine d'antan. Les tableaux et statues que j'affectionne finissent dans ma gallérie personnelle, dans ma demeure. Tandis que celle que j'apprécie un tout petit peu moins et surtout, que je ne peux transporter jusqu'à ma demeure, reste dans mes appartements.

Et même si je collectionne les animaux également puisque j'ai toujours besoin d'un cheval pour me déplacer et d'un chien pour amplifier la peur. Je ne suis pas plus attaché à eux. C'est malheureux, mais la vie éternelle m'a appris à m'en séparer de grès ou de force. Je les apprécie pour leur utilité, mais ne montrera pas plus de signe d'affection que ça. Le minimum syndical pour qu'ils me vouent respect et obéissance.

© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 112
Lien de sang ? : -
MessageSujet: Re: [Vampire] Zéphyr Soara Mer 27 Mai - 18:09
Fiche fini !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 236
Lien de sang ? : Avec vous tous mes enfants.
MessageSujet: Re: [Vampire] Zéphyr Soara Jeu 28 Mai - 15:50




Félicitations Zéphyr Soara !
Félicitations, tu es validé et tu es à présent un résident du Manoir de Roncepourpre ! Tu as été ajouté au groupe Vampires et tu peux maintenant consulter les recherches de Maîtres/Calices ou poster la tienne ici, demander des appartements dans cette section et créer des prédéfinis ici. N'oublie pas de recenser ton avatar et ta marque !

Si tu as la moindre question, tu peux me contacter par MP n'importe quand ! Je te souhaite un excellent séjour parmi nous, et beaucoup de sang, et de plaisirs...


Alastair de Roncepourpre

© Narja - Never-Utopia


Ce personnage est vraiment très beau, bienvenue à nouveau ! ^.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roncepourpre.rpgdynasty.com
AuteurMessage
avatar
Messages : 112
Lien de sang ? : -
MessageSujet: Re: [Vampire] Zéphyr Soara Jeu 28 Mai - 16:22
Merci pour la validation et le compliment~

Si tu veux rp avec lui n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Vampire] Zéphyr Soara
Revenir en haut Aller en bas

[Vampire] Zéphyr Soara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» ─ 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.
» Rosen Vampire
» The Vampire Diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roncepourpre :: Les Archives :: Le Registre :: Fiches validées Vampires-