RechercherRechercher  AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Vampire] Salazar Vanhov dit aussi Saitn Lézard ou Sally [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 18
Lien de sang ? : Non
Tatoueur/Perceur
Salazar Vanhov
MessageSujet: [Vampire] Salazar Vanhov dit aussi Saitn Lézard ou Sally [Terminé] Jeu 18 Juin - 13:44

550 de large
Salazar Vanhov

100x100

Nom :

Vanhov

Prénom :

Salazar

Race :

Vampire
100x100

Age :

468 ans

Date de naissance :

4 Mai 2862

Lieu de naissance :

Bulgarie
100x100

Calice ou Esclave de chair ?

Ni l’un ni l’autre

Métier/Activité

Tatoueur/Perceur


Soyez le bienvenue au Manoir de Roncepourpre ! Alors que vous pénétrez dans votre nouvelle demeure, on vous demande de signer leREGISTRE  et de nous fournir des renseignements sur vous. Etes-vous un humain ou un vampire ? Etes-vous né au Bourbier ou ailleurs ? Qu'est-ce qui vous a conduit jusqu'ici ? Qu'espérez-vous pour l'avenir ?

Chaque année des milliers d’êtres vivants naissaient, en Chine, en Amérique, en Allemagne. Cette année là, en Bulgarie, des pleurs d’enfant se firent entendre, un petit garçon du nom de Salazar venait de naître dans la maison fermière de ses parents. Ils lui donnèrent un nom noble, voulant que leur fils réussisse dans la vie. Etant de simples fermiers, vivant au grès des saisons, les nouveaux parents comptaient sur lui pour l’aider dans leur travaille mais ils ne voulaient pas qu’il termine comme eux. Ils allaient lui apprendre à traire les chèvres et s’occuper des champs, sortir les vaches et dresser les chiens, aller au marché du village et s’occuper du potager, et c’est ce qu’ils firent.
Salazar grandit aimé et chouchouté par ses parents, quoi que tout est relatif, il fut gâté selon les moyens de sa famille. Sa mère lui avait appris à parfaitement compter dans des temps record pour conclure rapidement leurs ventes. Il savait lire et écrire relativement bien, ou tout du moins il avait les bases. Il aidait son père dans les champs et avec les bêtes, il retournait la terre tout seul avec ses petites mains jusqu’à ce que ses parents aient assez d’argent pour acheter un cheval de trait. Il arrosait les légumes avec sa mère et emmenait les chèvres et brebis dans les prés artificiels dissimulés sous de grandes serres.

Il grandit vite et sa musculature commençait déjà à bien se former, charmant les jeunes pucelles des villages aux alentours de chez lui, ravissant ses parents. S’il arrivait à séduire une noble –ou au moins une riche jeune fille— il pourrait sortir sa famille de leur affreuse routine. La famille s’agrandit à l’arrivé de ses deux frères, des jumeaux, Salazar avait douze ans. Il s’occupait d’eux et les considérait comme la prunelle de ses yeux. Il aimait ses frères et ferrait tout pour eux. Il leur apprit tous ce qu’il savait mais restait tout de même sévère envers eux pour qu’ils fassent toujours plus, du mieux qu’ils le pouvaient.
Le jeune garçon se maria assez vite avec la fille de la crémaillère. C’était une petite déception pour ses parents qui souhaitaient le voir monter plus haut mais la crémaillère était considéré comme bourgeoise, alors c’était mieux que rien. Il avait seize ans, elle en avait dix-sept. Ils s’installèrent chez lui, dans la ferme de ses parents, le temps pour Salazar de trouver un travail en ville et une maisonnette où loger. Heureusement il trouva vite un travail, antiquaire pour les intéressés, et sa femme repris la crémaillère de ses parents. Le couple trouva assez rapidement une petite maison en ville et s’installa là-bas. Ils attendirent deux ans de plus avant de ″consommer leur mariage″. La jeune femme le trouvait séduisant mais Salazar ne faisait que l’apprécier, sans plus. Quelques années plus tard, sa compagne lui donna deux beaux enfants, une fille en premier puis un garçon. Il leur donna une éducation stricte mais il les aimait profondément.

L’année de ses vingt-cinq ans son père mourut dans un accident de charrette. Le cheval avait paniqué devant un chien errant qui l’avait attaqué et la charrette s’était renversée, tuant son père sur le coup. Il retourna à la ferme pour aider sa mère, ses frères étant trop petits pour reprendre la ferme et prendre la responsabilité de leur mère. Il embarqua sa femme et ses enfants pour s’installer dans la maison de son enfance. Tout se passait bien, sa mère vieillissait sereinement, sa femme semblait s’épanouir et ses enfants adoraient s’amuser avec ses frères. Cependant la roue tourna bien vite, trop vite.
Un soir, alors qu’il revenait du marché, il s’arrêta à une taverne pour se reposer un peu. Salazar était parti dans une ville plus lointaine que d’habitude, voulant étendre son champ de travail pour gagner plus d’argent. Lorsqu’il finit de boire son verre et qu’il ressorti, il trouva trois voyous entrain de voler son cheval et sa charrette. Ils s’enfuirent avec le cheval, laissant la charrette derrière eux en voyant le propriétaire du cheval sortir. Heureusement le jeune homme réussit à les coincer dans une petite ruelle. Cependant, même s’il était musclé, avec un cheval paniqué et à du trois contre un, c’était perdu d’avance. Salazar en mit un à terre et en amocha un autre avant de se faire gravement blessé au thorax par le dernier du trio. Il tomba à terre et commençait déjà à voir flou et entendre des bourdonnements sous le flot de sang qui s’écoulait hors de lui. Il se souvenait vaguement avoir vu une silhouette faire il ne savait quoi aux voleurs puis il ressenti des mains se poser sur lui, un souffle atterrir sur son visage puis dévier dans son cou. Son instinct lui criait de s’enfuit mais son corps ne le pouvait pas. Soudain une immense douleur le prit au niveau de son cou. Salazar avait l’impression de se faire percer la gorge et petit à petit il senti ses forces partir, s’envoler, loin. On lui força à ouvrir la bouche et il faillit s’étouffer sous le goût métallique qui envahît sa bouche.

Ça y était, il allait mourir. Il n’aurait pas put terminer l’éducation de ses enfants, embrasser une dernière fois sa femme, prendre sa mère dans ses bras et dire à ses frères de rester fort. Il eut un faible ricanement, quelle mort pathétique… Mais bizarrement, une partie de lui se sentait bien de mourir dans les bras de cet inconnu.

En ouvrant les yeux, Salazar paniqua. Il ne pouvait plus respirer, il ne savait plus comment faire ! Il se releva précipitamment et s’appuya contre un mur, tenant sa gorge brûlante d’une main et relevant ses yeux paniqués dans la ruelle. Il ne pouvait plus respirer, il ne pouvait plus ! Sa gorge le brûlait et son corps semblait réclamer quelque chose. Sans qu’il ne puisse s’en rendre compte, il était déjà terre aspirant le reste de sang qu’il restait dans les cadavres des voleurs. Lorsqu’il en prit conscience, c'est-à-dire après s’être rassasié, il se releva dégoûté et s’enfuit le plus loin possible des corps. Quand il fut assez loin de la ville et calmé, il se rendit compte qu’il faisait tout juste jour. Il avait une vitesse… incroyable. Une sorte de constatation se débloqua dans son esprit. Non… non ! Non, non, non, non ! Il ne pouvait pas ! Il ne pouvait pas être devenu un monstre ! Il ne devait pas être un vampire ! Il voulait juste vivre tranquillement et mourir comme tout le monde ! Salazar s’était effondré, pleurant sans retenue, évacuant toutes les larmes de son corps.
Ce fut à partir de ce moment qu’une longue errance solitaire débuta pour lui. Il ne retourna pas chez lui, ayant trop honte et peur de se faire rejeter par sa famille. Les vampires étaient mal vu chez lui et il ne voulait pas se faire renier ou pire… les vider de leurs sangs. Il se donna pour bute de s’éloigner le plus possible de son pays natal, laissant croire à sa famille ce qu’il voulait : mort, abandon, tant qu’il ne leur faisait pas de mal tout irait bien. Il parcourut l’Europe, ne comptant plus ses victimes. Il ne contrôlait pas sa soif et vidait tout humains qui lui passait sous la main. Usant de ses charmes et de sa beauté agrandis par sa transformation, il essayait de combler le grand vide, ce douloureux et atroce vide, cette sorte de déchirure que lui avait laissé son vampiriseur en le laissant seul. Il enchaînait conquête sur conquête, finissant inévitablement par les tuer au petit matin après s’être bien amusé. Mais ça ne lui suffisait plus, alors il décida de passer à la gente masculine et, après expérimentation, les services trois pièces lui convenaient mieux que les tailles de guêpes.

Salazar finit par atterrir en France et décida de s’y installer un bon moment. Il apprit petit à petit la langue et fut surpris de découvrir plus de vampire ici. Dans les autres pays, ils se faisaient plus rares et plus discrets. Ici, ils semblaient maîtres du monde.

Un jour, au crépuscule, Salazar vidait de son sang sa victime naïve lorsqu’il se fit brusquement arrêter par un intrus. Il avait grogné dans un reflexe en pensant que l’intrus voulait lui voler l’humain mais il se tut vite lorsque l’autre lui donna un coup. Ce coup était assez fort pour lui faire mal, c’était un vampire, un vampire plus vieux que lui, malgré son apparence, qu’il avait en face. Le plus vieux des deux se moqua du plus jeune, lui soufflant sa bêtise et lui apprenant les lois régnant en France dans un ton acerbe. Ayant visiblement pitié de sa personne le vampire lui proposa de l’éduquer et en échange, Salazar devra être son serviteur. En gros il devrait lui servir de bon toutou. Dans l’espoir de combler le trou qu’il avait dans la poitrine Salazar accepta, bien qu’avec quelques réticences tout de même. Le vampire l’emmena dans son humble demeure, laissant l’humain agoniser dans son sang. Salazar était très tenté de terminer son repas mais le regard que lui lança son congénère lui dissuada d’essayer.
Leur accord avait était comblé au-delà des espérances de Salazar. Un ou deux siècles étaient passé et son mentor lui avait apprit à bien se tenir en société vampirique, à traiter les humains comme il le fallait –c'est-à-dire comme la sous-race, les objets, qu’ils étaient–, à maîtriser sa soif et à combler toutes les lacunes de son éducation humaine. Cette histoire de calice l’avait beaucoup surpris mais il s’en accommodait facilement. Il s’était trouvé une passion pour le dessin et plus particulièrement celui du corps, son mentor le laissait expérimenter sur lui quand il était sage et lui obéissait. Cependant, bien que Salazar l’appréciait énormément, il ressentait toujours ce vide. Certes il s’était un peu amoindri depuis qu’il était avec son mentor mais ce n’était pas suffisant. Il voulait plus, il voulait son parent vampire, celui que son mentor lui avait appris à appeler maître. Oui son mentor était de la vieille école… Le plus vieux des vampires lui avait appris que la plupart de ses congénères vivaient au palais du Seigneur Roncpourpre. Il y avait de grande chance pour qu’il retrouve son parent là-bas s’il était français. Salazar décida alors de rechercher ce vampire et il se fit la promesse de le retrouver, où qu’il soit et peu importe le nombre de siècles que cela lui prendra !

Salazar était installé depuis quelques mois au château, il s’y plaisait bien. Malheureusement il n’avait toujours pas trouvé son maître vampire. Il avait beau eut chercher et demander des renseignements, il n’avait rien trouvé. Il devait bientôt partir pour chercher ailleurs, pensa-t-il lorsque soudain une odeur et une chevelure rousse l’attira au détoure d’un couloir. Il suivit la personne doté de cette odeur, cette aura envoutante, dans les escaliers qu’il semblait descendre. Il n’osa pas croire, même pas espérer que… Il fallait qu’il sente son sang pour qu’il en soit bien sûr. C’était vital pour lui, il le fallait ! La chance était avec lui aujourd’hui, le vampire s’était légèrement écorché le doigt, faisant couler son sang. Les yeux de Salazar virèrent au rouge. Il reconnaissait cette odeur, il pouvait presque ressentir le goût désormais exquis perler sur sa langue. Prit dans son euphorie, il ricana se retenant contre un mur et souffla de sa voix grave, ponctué de son accent :

« Je vous ai trouvé. »



100x100

Votre plus grand rêve :

Se construire son Harem.

Votre plus grande faiblesse :

Celui qu’il considère comme son maître, celui qui l’a vampirisé.

Votre péché mignon :

Les choses mignonnes
100x100

Etes-vous majeur ?

Evidemment
100x100

Comment avez-vous trouvé le forum ?

DC de Shiva

Quelque chose à dire à propos du forum?

Très bien fait l’event

Et vous avez lu le règlement?

Bien sûr !
Votre physique
Merci de compléter ce formulaire un peu indiscret...
♣ Taille : 1m78
♣ Poids : 75 kg
♣Couleurs de cheveux : Noirs comme le charbon
♣ Couleur des yeux : Bleu habituellement et rouge sang quand il a faim ou se nourrit
♣ Tatouage, piercing, cicatrice ? Une cicatrice au niveau du cou, là où il à été vampirisé
♣ Etes-vous vierge ? Humpf vous croyez vraiment que je le suis après 468 ans d’existence
♣ Description : Isabelle trouvait ce nouveau venu très beau. Il s’appelait… Salazar si elle se souvenait bien. Cet homme avait l’air d’avoir dans la trentaine, il était assez grand et bien musclé. Il dominait toutes les femmes du village et la plupart des hommes étaient plus petits que lui. Dans sa façon de marcher, de parler, d’être, l’homme semblait séduisant et galant. Il avait un accent fort prononcé, bulgare sûrement, qu’il semblait essayer de métriser et qui ne ressortait que lorsqu’il perdait le contrôle de ses émotions, ses r roulés faisaient beaucoup d’effets parmi la gente féminine. Il avait toujours un petit sourire soit galant soit moqueur. Ses pommettes étaient hautes et son nez droit. De ses lèvres pleines sortait une voix, basse, roque, malicieuse et charmeuse. Ses yeux étaient très expressifs, envoutants lorsqu’ils étaient bleus et terrifiants lorsqu’ils se remplissaient de rouge vermeille. Se cheveux longs étaient le plus souvent accrochés en catogan, bien que plusieurs mèches s’en échappaient, et étaient d’un noirs profond faisant ressortir la couleur de ses yeux. Sa peau était très pâle, elle était d’une pâleur maladive. Non, elle faisait penser à un mort, se disait tout le temps Isabelle.
Dans son cou reposait une cicatrice très importante à ses yeux. On aurait dit deux petits trous. Isabelle se demandait ce que c’était mais elle n’avait put la voir trop souvent, étant dissimulée sous un col de chemise. Salazar était toujours très bien habillé, bien que ce soit toujours de façon classique. Une chemise blanche, une cravate noir/verte, un pantalon noir, une cape de même couleur et des chaussures vernis. Tout ce tissu semblait noble et très chères. Cependant ses vêtements ne dissimulaient en rien sa musculature prononcé et répartie agréablement dans les différentes parties de son corps. Sa façon de marcher était rapide et assuré, il donnait toujours l’impression de savoir où il allait, même s’il était perdu. Cependant, lorsqu’il le voulait, il pouvait disparaître dans la foule comme une ombre.

Oui, Isabelle était tombée sous le charme du nouveau venu. Il y avait quelque chose d’attirant chez lui, comme une sorte d’aura. Malgré tout ces indices, elle ne songea même pas un instant que ce bel homme était un vampire.
Votre mental
Ce formulaire nous sera utile pour vous aider à trouver un Maître ou un Calice, alors remplissez-le avec soin !
♠ Trois qualités : Galant – Cultivé – Câlin
♠ Trois défauts : Perfectionniste – Un brin sadique – Exigent
♠ Préférence sexuelle : Seme la plus part du temps et très exceptionnellement uke
♠ Description : Salazar est quelqu’un de poli et galant, que ce soit avec les hommes ou les femmes. On lui a apprit les règles de bien séance et il s’oblige à les appliquer. Il ne perd que très rarement son calme et son sang-froid et dans ce cas là il perd toute politesse et sympathie sur son visage, devenant menaçant mais n’en venant jamais aux mains. Le vampire aime apprendre, que ce soit de l’art, du sport, de l’histoire, il aime entretenir sa culture sans arrêt. Comme une personne chère à ses yeux le dit : « Même la plus vieil créature au monde a toujours quelque chose à apprendre. »
Salazar est un artiste. Il aime dessiner, plus particulièrement les dessins à l’encre. Cependant il ne trouve l’inspiration qu’en le visualisant sur un corps, un corps humain ou anciennement humain. Il aime y dessiner dessus, percer la peau, y mettre de la couleur ou laisser en noir et blanc et y accrocher de beaux bijoux à la demande du client et de son inspiration puis contempler son œuvre d’art. C’est pour cela qu’il exerce le métier de perceur/tatoueur. Entendre le bruit de la peau s’ouvrir, les geignements des clients, la voir craquer, rougir puis légèrement saigner et enfin savourer le bijou de peau ou l’encre noir s’incruster définitivement dans la peau… Mmh quel régale ! Oui, Salazar était un brin sadique~

De part son éducation et de son vécu, le vampire est très exigent et perfectionniste envers lui-même. Si l’on ne peut pas bien faire quelque chose, autant ne pas le faire ! On peut faire des erreurs, certes, mais le final doit être parfait. Il est très soigneux avec ses affaires, même légèrement maniaque, et exigera que son calice fasse de même. Il peut aussi être cassant et assez sévère quand quelque chose lui déplaît ou qu’une personne a mal exécuté ses ordres. Cependant lorsque l’on satisfait ses demandes, il se montre très plaisant et tactile.
Le vampire aime le contacte, il en a besoin. Il demande de l’affection poliment auprès des vampires et considère les humains comme des peluches à tailles humaine ne demandant qu’à être chouchouter et câliner. Bien qu’il ne le montre pas souvent, il craque sur les petites choses mignonnes et n’hésitera pas à vous coiffer ou vous câliner comme une peluche s’il vous trouve mignon. Certains disent qu’il prend même plus de plaisirs en s’occupant de son partenaire qu’en se faisant chouchouter.

Salazar n’a pas vraiment d’opinions sur le Caliçat. Pour lui, son calice est comme… comme un petit animal à combler et chouchouter. Mais si le petit animal essaye de prendre la place du maître et lui désobéit, il n’hésitera pas à sévir. Les autres humains sont à ses yeux des objets : il y en a des plus jolies que d’autres, des plus intéressants que d’autres mais ils restent des objets. Bien sûr il y a toujours quelques exceptions…

© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Vampire] Salazar Vanhov dit aussi Saitn Lézard ou Sally [Terminé] Jeu 18 Juin - 16:56
Bienvenue à toi Salazar "Serpantard" ♥ /SORT/ Ho tu est le dc de Shiva? *-* Alors re-bienvenue quand même ! \o/ Bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 18
Lien de sang ? : Non
Tatoueur/Perceur
Salazar Vanhov
MessageSujet: Re: [Vampire] Salazar Vanhov dit aussi Saitn Lézard ou Sally [Terminé] Lun 6 Juil - 12:46
Merci Ael~ (J'ai vu ton double maléfique à la JE *^*)

Petit up pour signaler que ma fiche est finie~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Vampire] Salazar Vanhov dit aussi Saitn Lézard ou Sally [Terminé] Lun 6 Juil - 14:06




Félicitations Salazar !


Bonjour Salazar, contente de voir que tu as fini ta fiche dans les temps imposés ♥ Contente de te revoir parmi nous! (Comment ça un double à la JE? Je suis trop fabulous pour être imité!). Bon passons à ta fiche. J'adore ton histoire, elle est vraiment très bien décrite dans son ensemble et j'aime bien le côté "rural" qui en ressort. J'ai trouvé ça triste qu'il quitte sa famille sans nouvelles, mais d'un côté il a agis pour les protéger dans un sens et se protéger sois-même. Je ne relève pas les quelques fautes, il y en a peu. Bref je te valide serpentard ♥

Félicitations, tu es validé et tu es à présent un résident du Manoir de Roncepourpre ! Tu as été ajouté au groupe Vampire et tu peux maintenant consulter les recherches de Maîtres/Calices ou poster la tienne ici, et créer des prédéfinis ici. N'oublie pas de recenser ton avatar !

Si tu as la moindre question, tu peux me contacter par MP n'importe quand ! Je te souhaite un excellent séjour parmi nous, et beaucoup de sang, et de plaisirs...


Aelfric Cromwel

© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Vampire] Salazar Vanhov dit aussi Saitn Lézard ou Sally [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

[Vampire] Salazar Vanhov dit aussi Saitn Lézard ou Sally [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Monture sang-froid et homme lézard
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» ─ 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roncepourpre :: Les Archives :: Le Registre :: Fiches validées Vampires-