RechercherRechercher  AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Asche zu Asche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 52
Garde de jour
Quirin Kayser
MessageSujet: Asche zu Asche Dim 27 Mar - 0:06


❝Kayser Quirin

 
Par moi on va vers l'éternelle souffrance



❝ Surnom : Aucun qu'il ne se donne ( Libre à vous de lui en donner. )
❝ Age : physiquement 28 ans, 510 ans pour un vampire.
❝ Race : Vampire
❝ Date de naissance : 2762
❝ Pays d'origine : Allemagne, proche de Munich pour être précis.
❝ Métier : Garde de jour au bourbier ou au manoir, autant dire qu'il peut vous pourrir la vie à chaque heure.
❝ Attirance : (sexe ? Oui ) Seme et polyvalent pendant les préliminaires.
❝ Plus grand rêve : Asservir un vampire et le rendre dépendant à son sang.
❝ Pêché mignon : La forêt noire ( le gâteau, pas l'endroit )
❝ Plus grande peur : Finir emmurer vivant.


❝D'une pensée un souffle perdu



 Merci de compléter ce formulaire un peu indiscret...
• Taille : 192 cm
• Poids : 85 kg
• Couleur de cheveux : ébène
• Couleur des yeux : rouge (certains soufflent que l'on peut lire sa soif dans ses yeux... Et ce n'est pas toujours de sang. Mais c'est surtout un reste de soif vampirique.)
• Tatouages, piercings, cicatrices ? Il porte des anneaux non scellé sur le sommet de ses oreilles. Il porte aussi ses marques rouges sur le visage, à hauteur des épaules et qui glisse sur le reste de son dos pour finir sur sa chute de reins.
• Description : Quirin est une sorte d'immense ombre, quand il vous seconde, quand il vous suit, quand il vous garde à l’œil, il est aisé de sentir sa présence, il dissimule les sources de lumières et vous plonges dans une obscurité silencieuse, sa voix peut être mielleuse, suintante l'ironie alors qu'à un autre moment elle peut être directrice et froide. Mais il n'est point aussi large qu'il est grand, certains soufflent dans son dos le surnom de « grande échasse », d'autre de « jeune arbrisseau », alors qu'injustement, il n'est pas le plus grand de la communauté, mais sa présence constante doit bien jouer contre lui, car il manque de stature et de largeur, de corps, mais s'il devait être comparé à un végétal, les plus fins connaisseurs pourraient dire qu'il est comme une tige de bambou, fin mais résistant, car détrompez-vous, malgré son apparence, ce vampire a une musculature féline et svelte, et justement, si la stature n'est que le premier regard sur une personne, il serait temps de s'attarder sur son être.

Les traits du visage sont fins, son regard neutre au premier abord peut se changer en quelque chose d'espiègle avec une once de perversité malsaine accompagnée par un sourire tout aussi tendancieux. Ne vous y trompez pas, cela ne traduit pas que de la luxure à votre égard, cela suscite aussi de l'intérêt pour vous, mais aussi que vous entrez dans la zone « Potentiel jouet » et cela, que vous soyez vampire ou humain. Sa pomme d’Adam est presque indécelable et son cou est fin, les épaules droites alors que les bras sont longs finissant par des doigts délicats et allongés agrémenté d'ongles longs à la couleur noir nacrée. Ses pectoraux sont bien présents et visibles sans être sur entraîné et très développé, si vous voulez savoir s'il peut en jouer pour rouler des mécaniques, passer votre chemin, il en est incapable, même si voir quelqu'un faire cela, lui tire toujours un sourire moqueur. Son ventre est plat et la ceinture abdominal légèrement, faire courir ses doigts dessus en ayant l'impression d'avoir une présence de muscles est réelle. La taille est légère se finissant par des jambes longues, très longues et des pieds suffisant pour faire tenir cette carrure.

Une chose importante, il est totalement imberbe. C'est une question de goût et de narcissisme.

Niveau vestimentaire, en service, il porte un plastron de cuir ouvragé donc les sangles se ferment sur les côtés, les épaulettes sont sous forme de coques qui ne gênent pas les mouvements et de bracelets sombres de la même matière et finissant aux mains accompagnent le reste de l'équipement, pour le reste de sa tenue de travail, il porte un sarouel à la couleur prune maintenue par une large ceinture et une paire de bottes d'équitation en guise de finition. L'espadon est son arme de prédilection et il ne semble jamais la quitter. Il la garde en son dos par un fourreau de cuir qui se loge sous la garde et qui dispose d'une lanière de cuir tombant sur l'épaule et assez longue pour être maintenue par une main.

Quand il n'est pas au travail, que sa garde se termine, il arbore des tenues sombres, « classieuse » reste une question de goût sûrement pour vous, l'une des plus répandue reste une énième plastron de cuir noir, brute cette fois qui n'enferme que le sommet de son corps qui laisse libre et aux yeux de tous son ventre. Le bas se finit en deux pans de cuir qui tombe respectivement devant et derrière, couvrant la plus grande partie de ce qu'il y a à voir, fendu sur le côté pour libérer ses cuisses restant visibles. Les panneaux de cuir sont maintenues par deux lanières de cuir de chaque côté pour éviter que tout ceci ne s'envole au premier coup de vent, tout ceci était finalisé par une paire de bottes se stoppant à hauteur des genoux avec laçage sur le coté. Mais rassurez vous, sorti de cette tenue inadéquate pour les événements, il porte les traditionnelles chemises en tissu et pantalon de cuir serrés. Il sait tout de même se tenir dans la haute société dont il fait partie.

   

Ce formulaire nous sera utile pour vous aider à trouver un Maître ou un Calice, alors remplissez-le avec soin !
• Trois qualités : Endurant - Indépendant - Loyal
• Trois défauts :  Cynique - Joueur - Décadent
• Préférence sexuelle : Dominante à tendance joueuse voir légèrement sadique sans sombré dans le bdsm hardcore, c'est plus l'irrespect des lieux ou il libère sa débauche qui l'amuse.
• Description : Son comportement au travail est exemplaire, les rare fois où il a été détourné de ce dernier a été par les plaisirs de la chaire ou l'appel du sang, mais il n'a jamais quitté pourquoi que ce soit d'autre. Point de frivolité autre que sexuel au travail, c'est ce qu'il vous dirait. Obsédé ? Pas réellement, c'est juste qu'il n'est jamais contre un peu de passion et d'action physique et rude pendant les travaux. S'il vient à être votre garde du corps pendant la visite au manoir, il sait se faire discret, presque invisible si sa stature ne gâcher pas la lueur du lieu où vous vous trouvez en permanence. Rassurez-vous, si vous venez à vous perdre dans les limbes du plaisir quand il est présent avec un esclave de chaire, ni mot, ni remarque ne seront faites venant de lui, il n'est pas là pour ça et non, il ne sautera pas sur l'occasion vous empaler sur sa lame, sauf si vous le demandez.

En dehors de son travail, il est tout autre, facile à approcher, le visage souriant, le regard d'une lueur maligne, il semble en être dans un jeu en permanence, c'est assez déstabilisant pour les gens qui ne veulent pas être en compétition ou qui ne souhaitent qu'un échange cordial, mais il est difficile pour lui de faire ceci, il n'arrive pas à quitter ce rôle qui fait de lui un être désagréable pour beaucoup. Si vous voulez entrer dans une joute verbale, c'est votre homme, physique aussi mais rassurez-vous, joueur et violent dans l'acte, mais jamais il n'a été vu à violenter ou même violer une personne par pur plaisir, il préfère un chuchotement au creux de l'oreille d'une personne qui se languit de l'avoir entre les reins que les cris et les pleures d'une douleur non désirée. C'est étrange, mais il préfère chauffer un esclave de chaire que de taper directement dans les articulations pour le faire tomber sur les genoux et lui mettre les fesses à l'air... Sauf si c'est un habitué et qu'il aime ça. Ce qui peut finir par arriver quand vous devenez l'un de ses jouets préférés, vampire ou humain. Car oui, VAMPIRE OU HUMAIN. Cet homme ne fait pas de différence dans le plaisir, il adore jouer avec tout le monde sauf ce qui ne lui appartient pas, recule Calice car tu n'es pas dans sa liste de jouet potentiel. En dehors de la luxure et du pêché charnel.

Si on devait parler du reste de sa personne, il aime beaucoup les jeux, même le hasard ou le défi tant que cela ne met pas en péril le domaine ou son emploi. Prenant même du plaisir à perdre si cela peut être savoureux, peu vulgaire au quotidien, il peut l'être au lit de temps à autres, crue dans les mots, car il n'aime pas des masses qu'on appelle un chat, un félin d'appartement, un chat est un chat, une morsure est une morsure, une bite est une bite ! Vous comprenez l'idée ? Il vaut mieux, car il faut appeler un attardé un attardé n'est-ce pas. Une chose à savoir, il ne vient pas de lui-même vers les gens, il y a une bonne raison à tout ça, il ne veut pas qu'on pense qu'il est facile à atteindre, d'ailleurs, il aime repousser les gens, jusqu'à en énerver certains, d'ailleurs la plupart finissent par se lasser, les plus courageux finissent par s'habituer à lui et à son humour acide, voir même l'apprécier pour ça car ils ne sont plus la cible de ses méchancetés, il n'est pas non plus aux tentatives de séduction surtout mal amenée.

Concernant la politique et les calices, il est au-delà de tout ça, il ne veut pas en entendre parler, car il n'est pas fait pour se mêler à tout ça, la prise de pouvoir, la liberté des humains, vous lui demander de prendre partie, il l'a déjà trop fait jadis, pour les calices, c'est plus difficile, il n'a jamais prit le temps, sur l'année de sa présence, à s'intéresser à quelqu'un, un humain ? Offrir de l'intérêt à l'un d'eux, pour cela il faudrait que l'humain offre de quoi s'intéresser à lui.

   


❝Les péripéties d'une vie

Je suis l'œuvre de la Puissance Divine



   Soyez le bienvenue au Manoir de Roncepourpre ! Alors que vous pénétrez dans votre nouvelle demeure, on vous demande de signer le registre et de nous fournir des renseignements sur vous. Êtes-vous un humain ou un vampire ? Êtes-vous né au Bourbier ou ailleurs ? Qu'est-ce qui vous a conduit jusqu'ici ? Qu'espérez-vous pour l'avenir ?

   Oh ! Ne lui demandez pas comment était son enfance, sa vie adulte, sa vie d'antan, sa vie d'humain, il l'a, depuis longtemps, oublié ; il ne sait même plus comment il était dans prime jeunesse et ses souvenirs du temps jadis. Si on l'harcèle sur ce qu'il était, ce qu'il devait être avant, il vous dira « Je sais pas, je sais plus... Sûrement Soldat ou gradé avant de devenir une sangsue, est-ce important ? » Certains diront que non, d'autre que oui, Quirin est un homme qui vie dans le présent, la vie de vampire est bien trop longue pour n'être que passé et pensées sombres et tristes.

Sa première apparition, pour ce qu'on se rappelle de lui, date de la grande guerre entre humains et vampires. Cette ombre parcourait le champs de bataille sa lame à la main. Non, il n'a jamais été craint, car il était une machine à tuer, d'ailleurs, il n'a pas dû tuer plus de personnes que d'autre qui ont participé aux nombreux carnages qu'il y a dû avoir en cette période sanglante, mais une chose est sur il a été dans les plus grands et à chaque fois pour faire baigner le sol du sang des humains. Ses dix années n'étaient que souffrance et écrasement de la race humaine, il aime se rappeler de tout ceci comme un souvenir délectable, quand ses bottes n'étaient que boues et liquide pourpre, que les os craquaient sous les semelles, car il progressait tel une machine vers le point désigné par les gradés et son maître vampire. Il était de ceux qui ne voulaient pas réfléchir, qui s'interdisaient de réfléchir pour savoir si la cause était juste ou non. Ce n'était pas ses affaires, non il était là pour imposer le règne Vampire. D'ailleurs ses marques rouges, qui parcourent son corps, ne sont que les nombreuses blessures qu'il a reçues et qu'il a sublimé par des tatouages par la suite. Voilant les dégâts de sa chaire par l'art du corps sur son être.

Quand les dix années furent écoulées, que la guerre cessa, que les traités furent signés. Ce porte-lame resta au près de son maître, le traînant à droite, à gauche sans jamais savoir de quoi demain sera fait ; des anciens soldats sans but, c'est comme des âmes en peine, si vous ne leur dites pas qui tuer, quoi tuer, ils ne sont que coquille vide. Certes, dans un premier temps, l'asservissement des citées humaines était distrayant, mais quand tout cela fut finit que restait-il à faire ? Se promener au grand air, une herbe au coin des lèvres en sifflant gaiement ? Impossible. Leur errance dura beaucoup trop longtemps au point ou son maître finit par perdre conscience de la réalité et de ce qu'il faisait...

C'est au bout de 300 ans d'errance, une nuit sordide où la lune était pâle que le manque de sang et d'hallucination frappa le maître vampire. Les crocs étaient sortis, le regard était mauvais, la salive faisait luire les lèvres tremblantes du dévoreur alors qu'il fixa l'ancien calice... La dualité entre sa survie et son obéissance fut brève, Quirin ne voulait pas mourir, pas une seconde fois du moins ! Cette scène reste encore, aujourd'hui, ancrée dans sa mémoire comme une marque appliquée au fer rouge. La rage aveuglait son maître, cette soif l'obnubilait et il avait décidé que le plus proche de lui serait la meilleure boisson sur l'instant. La bataille avait été longue et rude, les armes avaient pourfendu la chaire et les habits, lacérant et creusant la peau, ce n'était plus une guerre, mais une lutte pour la survie qui s'était engagé pour l'un comme pour l'autre. Malgré tous les efforts fournis par le maître, ce fut Quirin qui arracha la jugulaire de son défunt supérieur durant cette nuit de pleine lune, il n'avait pas voulu ceci, cette mort, cette soif, mais pourtant, toute l'énergie dépensait et ses blessures le firent chanceler, chavirer sur le corps du vampire qui se vidait par la gorge de son sang. Ce fut son instinct qui parla pour lui, qui lui ordonna que pour survivre, il devait rompre les non-dit et il plongea les crocs dans cette carcasse sanguinolente qui n'était plus que pulpe sanguine pour récupérer ce fluide dont il devait sa survie et... Que le diable l'emporte. Ce fut une révélation, ce goût était tout autre que celui d'un humain, ce nectar d'immortel sur-passait celui des hommes et c'est ce qui allait briser cet être pendant plusieurs années. Une fois cette atrocité commise, Quirin allait devoir prendre sur lui, oublié ce goût, ce breuvage des dieux immortels qui foulaient cette terre.

Pour éviter tout débordement de ses envies, de sa personne, de sa soif de sang vampirique, il pris une décision assez inattendu, il décida qu'il devait s'isoler loin de tout ça, la peur que l'on puisse savoir qu'il avait vidé un congénère, il se retira dans une partie de la forêt noire en Allemagne, au sein d'une vieille mansarde en bois délabré. Les animaux étaient devenus son principal repas et les chasseurs humains qui eurent l'imprudence de se perdre autour de son territoire devinrent son repas, mais il fallait bien se l'avouer, il perdait peu à peu de sa noblesse vampirique et ne devenait qu'une bête sans intérêt. Le déclic de son déclin, il le ressentit quand il fut blessé sérieusement, que sa blessure ne voulait pas, ne voulait plus se refermer en quelques minutes, en quelques heures, non il était encore au bout de quelques jours et pire, elle commençait à lui faire mal. Par déduction, il pris la direction que les chasseurs et bûcherons arpentaient quand ils arrivaient aux alentours de sa bâtisse abandonnée. La marche dura une grosse heure, prenant le temps de se nettoyer auprès d'une rivière pour se rendre à peu près présentable, il arriva devant le bourg nommé « Le Bourbier ». Se présentant au seigneur des lieux, Quirin expliqua sa situation, jetant tout de même un voile sur sa durée d'inactivité au durant les années, expliquant juste qu'il avait énormément voyagé, qu'il s'était nourri d'animaux pour sur survivre, mais qu'il était temps pour lui de se poser et d'offrir ses services de soldat à des fins utiles à d'autres. Cela ne fait qu'un an qu'il arpente le manoir, il ne sait même pas présenter à tous, car il n'est qu'une ombre qui glisse dans les couloirs et sur le terrain aux alentours, mais la vie au sein de cette demeure lui a fait reprendre goût à la non-vie.

Vous êtes les bienvenues pour un échange cordial, il ne mord... PAS


   
❝L'ombre derrière l'incarnation

   

   

Pseudo : /
Certifiez-vous être Majeur  ? : Je certifie en levant mon majeur
Comment ton joli minois est arrivé sur le forum ? : J'étais déjà avant, pendant et après.
Quelque chose à dire à ce propos  ? :  C'est bleuté et moins rouge qu'avant.
   

   
   
© Tous droits réservés, codage by Milady.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Asche zu Asche Dim 27 Mar - 16:10
Bienvenue parmi nous


Nous te souhaitons la bienvenue une nouvelle fois !
Je suis heureux de ton retour °^°

Ta fiche est très bien, j'aime toujours autant ton personnage.

Je t'annonce donc que tu es validé ! J'espère que tu prendras de nouveau plaisir à être parmi nous ♥

___

À présent que tu es un résident du Manoir de Roncepourpre tu as été ajouté au groupe Vampires et tu peux maintenant consulter les recherches de Maîtres/Calices ou poster la tienne ici, demander des appartements dans cette section et créer des prédéfinis ici. Aussi la section des journaux de liens t'es ouverte, importante pour te construire des liens avec nos membres et pour pouvoir suivre ta chronologie. N'oublie pas de recenser ton avatar et ta marque !

Si tu as la moindre question, tu peux nous contacter par MP si le besoin en est !  
Bon jeu.
Revenir en haut Aller en bas

Asche zu Asche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roncepourpre :: Les Archives :: Le Registre :: Fiches validées Vampires-