RechercherRechercher  AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Tenez vous droit, il arrive ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 57
MessageSujet: Tenez vous droit, il arrive ... Dim 18 Sep - 19:48


❝Aymeric de Roncepourpre.



L’invincibilité se trouve dans la défense, la possibilité de victoire dans l’attaque.
Celui qui se défend montre que sa force est inadéquate, celui qui attaque qu’elle est abondant. Sun Tzu



❝ Surnom :
❝ Age : 1534 ans…déjà sur cette misérable terre froide …
❝ Race : Vampire et un des meilleurs, il en va sans dire ! Ne froncez pas les sourcils et apprenez seulement tout ce qu'ils sont capables de réaliser. Baisser les yeux vous ne méritez pas encore de me regarder !
❝ Date de naissance : 1770
❝ Pays d'origine : France
❝ Métier : L’odeur de la poudre, l’image de la terreur sur le visage ennemis, la droiture de l’esprit fait que j’aime mon métier, l’âme d’un guerrier et d’un chasseur …
❝ Attirance : (sexe) La saveur d'une femme est le goût le plus exquis du plaisir. Pardon ?! Qu'entendez-vous par le fait de m'avoir déjà aperçu avec un homme !? Retirez cette infamie avant que je ne vous dépèce !
❝ Plus grand rêve : Il est vrai que les rêves sont les rouages de la vie... Ma haine est ce qui me fait avancer, elle éclaire mon but, elle est la force de ma volonté !
❝ Pêché mignon : Ce genre d'absurdité obscurcie le chemin à suivre. Pour s'entrainer et combattre, il n'y a pas besoin de ce genre de choses.  Laissez-les aux faibles !
❝ Plus grande peur : Vous me faites rire avec vos demandes ridicules. Si ! Je vous assure, je me mare … Moi, avoir une peur !? Ne soyez pas ridicule ! Ne fais-je pas partie des plus grands prédateurs ?


❝D'une pensée un souffle perdu




Merci de compléter ce formulaire un peu indiscret...
• Taille :1m96
• Poids :95 kilo
• Couleur de cheveux :Blond claire
• Couleur des yeux :pourpre
• Tatouages, piercings, cicatrices ?Les traces d’une vie oubliée…
• Description :
Je trouve que vous demandez beaucoup. Ce n'est pas à moi de me décrire. Vous là ! Vous n'avez qu'à le faire !  

Si vous permettez, Je m'en vais prendre le relais, moi parfaite inconnue, mais appréciant à regarder ce personnage. Avant de connaitre une personne nous sommes interpellés par son apparence. Chez Aymeric sa carrure impressionnante donne dès le premier regard, des frissons. L'époque donne peu d'hommes de cette taille et l'entrainement strict qu'il a subi a forgé son corps tel une lame en fer trempé. Ses larges épaules montées sur torse rigoureusement musclé  font facilement de l'ombre : Idéal pour vos journées ensoleillées ! Blague à part, venons-en aux détails. Aymeric possède un charisme inévitable venant de sa noblesse, souligné par les traits francs de son visage, ses sourcils toujours légèrement froncés et son regard d'un pourpre aiguisé. Ses lèvres portent souvent la marque de l'arrogance pourtant vous ne les verrez peu sourire. Alors, au premier coup d'œil lorsque vous le regardez en face il  vous semble froid, semblant aimer vous regarder de haut.

Sa peau claire renvoie à un noble ne sortant pas souvent de chez soit pourtant en prenant ses mains vous sentirez qu'elles sont habituées à prendre les armes et vous serez étonné par leur grandeur.
Nous pouvons facilement comprendre qu'il possède une certaine culture militaire, son corps l'exprimant parfaitement. Il possède une certaine rigidité, une froideur que l'on peut associer à une lame aiguisée. Pourtant, les vêtements qu'il a l'habitude de porter exprime davantage un noble désireux d'afficher son pouvoir et sa richesse. L'or et les pierres précieuses décorent souvent ses tenues. Il apprécie tout particulièrement une bague en or ciselée et surmontée d'un rubis. Sa pierre favorite assurément, il la porte tout le temps. Pourtant, de mon avis une topaze lui irait très bien et cela changerait du rouge qu'il porte en permanence.

Et sa voix dans tout ça…elle fait partie de son charisme. Elle peut être murmure comme grondement, rassurante comme inquiétante. D'un ton grave et posé pouvant s'emporter rapidement. Elle est le genre de voix dont on se souvient, car elle appartient à un homme qui sait acclamer des discours entrainant les foules.

Si je devais résumer en quelques mots à quoi ressemble Aymeric je dirais qu'il est un noble dans toute sa splendeur dont son physique révèle à la fois sa carrière militaire et son éducation d'héritier.  
div>

Ce formulaire nous sera utile pour vous aider à trouver un Maître ou un Calice, alors remplissez-le avec soin !
• Trois qualités : Droit –déterminant-consciencieux  
• Trois défauts : Prétentieux – possessif – impulsif
• Préférence sexuelle : Dominant, Soumis, Ambivalent, Romantique, Tendre, Dur, Cruel, Obsédé ? ( De quel genre vous êtes. )Voyons, comme si j'allais énoncer haut et fort mes  préférences sexuelles. Si vous vous en pensez capable  je vous propose de venir voir par vous-même…mais attention n'allait pas pleurer si vous vous en mordez les doigts. 
• Description : (Parlez-nous de vous, de votre caractère, de vos habitudes, de vos désirs, de votre opinion sur le Caliçat, etc.)
Il y a bien une chose dont je dois mettre les points sur les i, Ne me parlez pas de Caliçat ! Ce système est une aberration pour notre nature. Comment en tant qu'être supérieur pouvons-nous nous rabaisser à traiter les humains avec tant d'importance ? Ils méritent uniquement leur place de repas, de bas de chaine alimentaire. Et j'estime qu'ils peuvent se sentir assez heureux que nous vampires les laissons au moins nous servir. Mais certain vampire n'ont pas la même opinion alors je ne préfère pas débattre sur ce sujet fâcheux.  Bien que les débats m'intéressent en soit, je n'aime guère parler de futilité mais il est toujours plaisant de parler avec une personne cultivée sur divers sujets de notre société. Malheureusement, cela devient rare alors je cultive le silence en attendant d'aborder une discussion digne de mon rang.

Ce principe fait partie de l'ensemble des règles que je me  force à suivre pour répondre aux attentes de mon statut. Je ne conçois pas que ma longue vie ne soit pas réglée avec rigueur et droiture. Certain peuvent qualifier ma vie d'austère…Il est vrai que je n'aime pas le changement, toutes choses doivent respecter l'ordre établis et toutes personnes à sa place définie. Je suis l'héritier d'une grande famille, j'ai de nombreux exploits à mon actif, il est donc normal que je ne tolère pas  que mes ordres soient discutés, contredit et non suivis. Tous ceux qui ont été sous mes ordres savent ce qu'il en coûte de me désobéir ou pire d'être mon ennemi.  

Féroce est mon ambition de valoir mon rang et infinis sont les opposants. Il est connu que la noblesse rend envieux. Même vos égaux peuvent vous poignarder lâchement pour quelques richesses de plus. La confiance s'accorde rarement voir jamais entièrement. Ne jamais se dévoiler est une règle fondamentale de tout bon guerrier. Il est facile de jouer avec les faiblesses des personnes et il est aisé de soumettre le meilleur vampire dès que sa faiblesse est apparente.

Avec tout ça, il est facile de croire que j'aime la solitude…Je ne peux pas le nier. Il est tellement plus simple de vivre avec soit même qu'avec les autres. Mais ce n'est pas pour autant que je n'apprécie personne. Je sélectionne avec plus d'attention mes relations et seulement quand je suis certain du lien, il m'arrive d'exprimer banalement mon affection. Je ne suis pas ce qu'on pourrait définir comme quelqu'un  d'exubérant. J'ai horreur de me donner en spectacle où qu'une personne attire l'attention sur moi si je ne l'ai pas décidé. Une personne appréciée doit comprendre toute seule que c'est le cas sans avoir besoin de rentrer dans un blablatage sur mes sentiments. Il est préférable que ce soit court et directe. Il est dès plus désagréable d'entendre une personne ruminer, bégayer pour tenter de sortir quelques mots. Loin de moi les secrets, les ronds de jambes sans fin pour paraître diplomate.



❝Les péripéties d'une vie

Encore une citation qui va bien



Soyez le bienvenue au Manoir de Roncepourpre ! Alors que vous pénétrez dans votre nouvelle demeure, on vous demande de signer le registre et de nous fournir des renseignements sur vous. Êtes-vous un humain ou un vampire ? Êtes-vous né au Bourbier ou ailleurs ? Qu'est-ce qui vous a conduit jusqu'ici ? Qu'espérez-vous pour l'avenir ?

Jour 1 :

Écrire, écrire pour se souvenir...

Il m'a dit qu'il était essentiel de se souvenir de ce qu'on été. De ne pas perdre de vu notre première identité. Pourtant,  ma vie était déplorable. J'avais tout perdu mon rang, ma place, mon avenir que j'aie construit avec détermination…Du jour au lendemain ce que j'aie construit c'était effondré tel un château de carte. Il m'a offert ce que je n'aurais jamais pu espérer...La vie éternel pour me venger pour reprendre ce qui m'a été volé, réaffirmer mes droits, crier haut et fort mon existence au monde entier.

Je retrace donc mon histoire afin de garder en mémoire ce que j'étais  et ce que je suis toujours. Le fils de Léandre de Roncepourpre et d'Edmée de Roncepourpre, du moins selon le certificat de naissance. Mais je ne suis qu'un bâtard , un bâtard …un fils de noble assurant la renommée de sa famille car celle-ci doit passer avant tout le reste. Notre ambition, notre force, nos désirs ne sont que pour le rayonnement de celle-ci. Mon père…enfin mon faux père n'arrêtez pas de me sermonner sur cette importance. Tu es l'héritier de la famille ton devoir est de poursuivre les directives de la famille, disait-il. Enfant, je pouvais sentir tous ses espoirs dans ma petite personne. Terrible était les charges qui pesaient sur mes petites épaules. Elles durent s'endurcirent et grandir pour en supporter toujours davantage.
Il était intransigeant. Pour chaque erreur commise, ma crainte était de voir la déception se dessiner sur son visage. Ma vie était régi pour faire plaisir à mon père dans l'optique d'être le prochain chef de famille. Je jalousais mes frères qui semblaient plus insouciant. Pourtant j'étais fière d'être l'attention de mon père, fière d'être le fils ainé porteur de l'ambition familiale et puis…Il y avait l'amour de ma mère. Je me sentais privilégié en tant que fils prodige tenant à bras le corps toute la famille ! J'aimais ma famille, mes frères plus que tout. J'étais leur ainé et mon devoir était de leur rendre la vie plus facile. Je ne me souviens plus le nombre de fois où je me suis servi de ma place pour détourner l'attention de notre père afin de leur permettre de souffler. Les bêtises j'essayais toujours d'en être accusé me considérant comme le plus résistant des trois.

Si les gens avaient su toutes les histoires magnifiques que je m'étais faite, ils en rigoleraient. Ils se moqueraient de ma naïveté. Moi qui m'étais forgé une armure, moi qui pour mes rêves de grandeurs avait coupé court à mes envies de jeunes garçon. Moi qui avais tout laissé de côté pour me concentrer entièrement sur ma famille, je suis tombé de haut et je me suis écrasé lamentablement sur un gros rocher.  

La faim obscurcie mes sens…la concentration me faisant défaut je continuerais plus tard l'écrit de mes souvenirs. Je découvre le plaisir d'une nouvelle chasse...

Jours 2 :

Nous avions l'habitude d'entendre nos parents hausser la voix pour exprimer leurs différents. Ma mère était une de ces femme qui appréciait d'être conforté par des mots d'amour, des attentions particulières... Hors mon père était à l'inverse, un homme qui jugeait acquis ce qu'il avait prouvé une fois. Alors, souvent leurs points de vue se confrontaient à la réalité de l'autre.  Nous avions l'habitude  de ses disputes fugaces mais là, elle fut plus violente et dévastatrice. Le lendemain, je me levais, motivé à m'occuper de quelques tâches que mon père m'avait léguées en tant que fils héritier. J'arrivais au sommet, mon père allait me donner les rênes de la maison. Moi, Aymeric de Roncepourpre je serais dans quelques jours le chef de famille. Mais ce matin-là,  le regard du domestique était différent. Il semblait désolé, la pitié se sentait dans ses mots et dans ses gestes. Agacé par cette attitude, je lui ordonnais de me l'expliquer. Mon esprit de jeune adulte refusa de le croire. Du jour au lendemain, mon père m'avait déshérité! Pire ce n'était pas mon vrai père. Mon véritable père n'était qu'un inconnu de passage…Alastair prendrait ma place. Je ne serais plus rien,  l'effondrement d'une vie en une nuit. Mon père m'avait volé mon identité. La vie au manoir n'était plus possible, mon cœur rempli de haine envers tous…Je commençais même à haïr mon petit frère. Je devenais violent avec ceux qui m'étaient cher, exécrable envers ceux de mon propre sang. Il était tant de partir, je désirais partir très loin, le plus loin possible des terres qui pourraient me rappeler ce que j'avais perdu. Je décidais de partir sans rien dire à personne. Après tout, personne ne m'avait averti de ma chute !

Je gagnais Paris par les grands chemins. Mon chemin croisa celui d'un drôlet. Un homme légèrement plus âgée, qui semblait bien embêté par sa charrette enlisée dans la boue. Confortablement, installé sur mon cheval, j'étais prêt à continuer ma route sans m'arrêter pour un manant.  Mais il m'interpella afin que je lui vienne en aide contre un repas et une croustillante histoire. Il se disait conteur, raconteur de nouvelle. Il parcourait la France pour que les gens soient au courant de ce qu'il se passait à Paris. Intéressé par les nouvelles, je m'attelais à l'aider afin qu'il réponde à mes interrogations sur les évènements récents. En discutant, je compris rapidement qu'il avait certaine idée jugée par beaucoup de révolutionnaire. Ses idées me semblaient illusoires, démesurées,mais il représentait une échappatoire idéale à mon ancienne vie.  Sans rien énoncer de mon passé, mon sang de noble fut découvert. Être démasqué aussi vite m'horripila, mais je devais bien m'avouer que j'étais encore novice dans beaucoup de domaine et cachait mon rang dont j'étais si fière en faisait partie. Il se referma de peur certainement que je le dénonce à une quelconque autorité. Cependant, En aucun cas j'allais ruiner mes chances de me faire une place dans un nouveau monde. Alors, voyant ma motivation à aller à l'encontre de mon père pour me venger, et de mes approbations convaincantes devant son discours contre les privilèges nous fûmes rapidement de bon camarade. Dans un coins de mon esprit j'ai toujours la certitude de la supériorité de la noblesse est supérieure mais à ce moment-là j'avais affreusement envie de réduire en cendre tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à mon ancienne vie.

Nous arrivons  à l'été 1789…

Paris la magnifique... un rêve d'enfance en train de se réaliser. Pourtant, quand j'ai franchi les portes de la ville rien ne me renvoyait à ce qu'on m'avait décrit. Paris semblait n'être que l'ombre de sa légende. L'odeur nauséabonde des rues, la couleur grisâtre des briques, l'air morne de la population ne me rendait en rien euphorique d'être parvenu jusqu'à la capitale. Cette tristesse mêlée à une colère grondente de la population ne faisait que débuter...

C'était il y a deux ans, mais je me souviens encore du bouillonnement de la populace après le discours d'un journaliste... Desmoulins qu'il s'appelait. Il adjura le peuple d'être sur leur défensif prétextant le renvois de Necker, le ministre des finances comme une attaque envers eux… Devant cette scène, je me semblais être si éloignait de la réalité que je paraissais être le spectateur d'une grande tragédie. Pourtant, mon désire de participer était tel qu'il ne fut pas difficile pour mon nouvel ami pour m'entraîner dans un groupe de joyeux révolutionnaires. Un petit groupe de jeunes gens, tous débordant d'image utopique où un pays pouvait rassembler un peuple égaux et libre de toute autorité monarchique. Je fus subjugué par leur énergie, leur courage à soulever des montagnes pour un principe qui ne m'évoquait qu'interrogation. Bercé par leur discours, leur strophes si bien tournées, leurs arguments judicieux, leur cause fit échos en moi et ma volonté de combattre à leur côté n'en fut que décuplée. Je mis à leur service toutes mes connaissances en matière de stratégies militaires et en peu de temps je fis mes premières expériences de combat sur le terrain. Bien différent  des passes d'arme dans la cour du manoir ou bien lors de la chasse …la peur de mourir était véritable, l'excitation du combat n'était pas artificiel et la victoire apportée une réelle fierté.

Face à la prise de la Bastille le roi ne pouvait que reculer et accepter la victoire du peuple. Il fit quelques concessions, assez pour calmer les Parisiens mais la peur s'enflamma dans toute la France. La révolution fit des vagues et se répercuta dans chaque village.

Père, je sais que tu ne m'entends pas mais j'espère de tout mon cœur que pendant cette période tu as crains pour tes terres, pour ton rang. J'espère que tu t'es senti menacé et l'absence de ton troisième fils t'a lourdement pesé…

Jour 3 :  

De 1789 à 1791 j'ai connu une période de mon existence mouvementée ou les lendemains n'étaient pas certain. Les périodes sombres de la monarchie me permettaient de trouver toujours des sales boulots mais cela allait de paire avec le danger. Il y a eu bien sûr des temps de calme ou le roi et l'assemblée constitutionnelle fonctionnaient bien ensemble. La France fut même réorganisée…Je suis heureux d'être né pendant cette période de grands changements. J'ai l'impression de faire partie d'un monde fort, indépendant.

Mais, oui il y a toujours un mais…bien que bâtard, le sang noble qui coulait en moi me trahis une nouvelle fois. Pendant cette période obscure ou la confiance entre les différents rangs sociaux était rare, je croyais que ce que je formais avec mon groupe de révolutionnaire était particulier. Ils m'avaient appris tellement de choses sur la vie, grâce à eux j'étais devenu un homme accomplit sans avoir de crainte du regard d'un autre. Je croyais aussi que  je leur avais prouvé assez, lors de la première révolution. Mais non…ces faibles créatures lâches étaient effrayées par une peut être trahison de ma part.

Petit ma nourrice m'avait raconté plusieurs histoires de vampire, être qui me semblait terrifiant  et jusqu'à mes 9 ans environs m'empêchèrent de sortir la nuit dans le parc du manoir. Puis je n'y croyait ,plus prenant ses histoires pour des racontars de vielles femmes afin d'effrayer les enfants.   Là, fut ma terrible erreur…

Le 19 décembre 1791, réchauffé à peine par mon manteau, je devais rejoindre un ami à l'autre bout de Paris. Drôle d'endroit que de se retrouver dans les bas fonds de la ville. Cependant, je ne me posais guère de question après tout on pouvait se qualifier de hors la loi, il était normal de se cacher bien que j'eusse un peu de mal avec ces lieux bien sordides ou la misère humaine s'affichait partout. Bref, marqué par le réflexe de mon éducation, j'étais une nouvelle fois à l'avance. Bien que je sois habitué à leur perpétuelle retard, je commençais à trépigner d'impatience au bout de 15 minutes.  Je regardais à droite, à gauche pour essayer de déterminer une silhouette mais rien sauf l'obscurité. Soudain, une faible lueur de lanterne surgit de nulle part. Je me souviens d'avoir appelé le prénom de mon ami mais je n'eu pour seule réponse que le silence. Ma patience était de courte durée alors je commençais à m'énerver après lui et de sa mauvaise blague.  Quand j'ai vu le visage éclairé par la lanterne j'ai sursauté. Non pas qu'il fut laid, plutôt agréable à regarder mais ce fut si soudain. C'était un inconnu...Je me souviens de son rire quand je lui dis sévèrement de passer son chemin car je n'avais pas d'argent à lui donner. Je restai coi. Pour une rare fois la peur s'empara de mon esprit. Quelque chose chez cet homme ne m'inspirait aucunement confiance. Peut être son sourire d'une blancheur saisissante et ses canines pointues prêtes à me lacérer mon cou. Mon instinct de survie m'hurlait de courir loin très loin. Mais mes muscles refusèrent de bouger. Il me fit bien comprendre que ma dernière heure était arrivée et que mes amis n'en étaient plus. C'était une trahison de trop pour moi. Ma peur se changea en colère. La mort pouvait bien m'emporter. j'étais résolu à ma fin. Cependant malgré ma valeureuse détermination mon corps tremblait violemment. Il comprenait que j'allais trépasser. Mais cela se passa pas ainsi. L'homme venu prendre ma vie, n'était plus homme depuis de nombreuses années. Il était ce qu'on pourrait appeler un vampire. Je le trouvais bien trop près, mais alors que je venais de faire le fière en acclamant toute ma colère, ma bouche rasta statique, le son coincé au fond de ma gorge. j'en étais vert de honte, rouge de colère...Mon visage devait ce décliner sous bien des couleurs mais je restais impuissant face à ce que j'ai définis sur le moment de créature. Il semblait si à l'aise, si décontracté dans cette ruelle. Il me murmura tout son plaisir à me voir tétanisé par la peur alors qu'au fond je bouillais de haine. Il osa même effleurer mes cheveux, bafouant ma dignité en me traitant de pauvre petite chose ! Pourtant, sans que je le sache, ce vampire avait décidé de m'accorder une chance, la chance de me venger. Il semblait tellement déterminer à m'éliminer, Il prenait son temps seulement pour m'humilier, pour me faire comprendre que j'étais totalement impuissant. Entre le mur et lui, le froid de la parois sembla me rappeler que j'avais un pied dans la tombe.  Il se pencha, voyant ma fin approcher, malgré ma résolution d'en finir mon désir de vivre me fit lever les bras pour tenter de le repousser. Grand mal m'en pris. Tenu par le cou comme un maudit vaurien, plaqué contre le mur sentant le bout des pieds toucher à peine le sol. Dans sa grande générosité il me laissa retrouver une stabilité, les pieds bien ancrés mais son rictus à lui seul décrivait la situation. Homme misérable que j'étais, voilà ou t'a mené le chemin de la liberté.

La suite se déroula à une vitesse fulgurante. Il me murmura que le temps sera long, long en souffrance mais la vengeance n'en sera que plus belle... Cette phrase énigmatique revient maintenant faire échos... Je sentis la chaleur de mon sang le long de ma peau puis le gout du siens dans ma bouche. Je me demandais quel genre de rite cela pouvait-Il être de faire boire du sang à un homme qui sera bientôt présumé mort. J'avais tenté de le repousser une nouvelle fois, Il m'avait assez humilié pour en prime m'obliger à pratiquer ce que je pensais à ce moment comme un rituel barbares. mais sa force m'obligea à déglutir le sang qui coulait dans ma bouche. Au bout d'un moment Il me lâcha me laissant tomber au sol. Il s'éloigna de quelque pas pour admirer son œuvre.

Mon regard se porta vers lui mais rapidement ma vision s'était brouillée avant que je sombre dans l'obscurité la plus totale. J'ai senti mon dernier souffle s'envoler. Il est particulier de décrire sa propre mort...On ne peut pas dire que ce soit agréable. Le froid vous dévore de l'intérieure, vous vous sentez partir...Après réflexion, je pense que ce qui était le plus misérable c'est de se savoir mourir seul. Je suis mort dans une ruelle sinistre et nauséabonde...
Jour 3301:

Se fut ma renaissance.

Le vampire avait disparu me laissant seul avec seulement un mot. Une belle écriture pour quelques mots qui définissaient mon nouveau statut. Je ne le vis pas de suite, paniqué par ses nouvelles sensations et puis simplement le fait que je sois vivant. Personne ne peut ressusciter. Je me suis cru maudit par le créateur. J'étais homme à garder son calme, alors après avoir lu le message, m'être assuré que j'étais bien vivant je ne devais pas rester là. La situation ne s'arrangerait pas à se morfondre.

J'ai regagné les ruelles plus animées, cependant je n'avais pas imaginé cette torture à effleurer d'autre personne. Leur odeur me sembla alléchante...Ma gorge était de plus en plus sèche. Je me rapportais au message qui expliquait cette situation, la nécessité de m'abreuver en sang au moins une fois par jour. Il incitait aussi à rester discret mais je ne me voyais mal sauter à la gorge du premier venu.
Mon premier repas fut mes anciens amis. Il était normal de les inviter à mon premier festin. Même si, il est vrai que je ne sois pas certain qu'ils aient apprécié à sa juste valeur cette délicate attention.

Les six premiers mois fut relativement difficile. Je devais batailler entre mes nouvelles pulsions, mes valeurs, rester discret et ses vagues d'émotions qui me taraudaient l'esprit sans que je sache d'où elles provenaient. Cela ne pouvait pas êtres les miennes...J'avais l'impression de devenir fous. Heureusement, que quelques semaines après ma transformation, pendant la recherche d'une victime, je croisais un vampire. Il accepta de me prendre sous son ail pour me préparer. Afin de ne pas devenir un mauvais vampire comme il disait. Il me semblait un peu désuet, plus chétif que celui qui m'avait transformé mais il avait la patience de m'apprendre, de m'expliquer comment je devais me comporter et me rassurer sur mes nouvelles sensations. Je pouvais les apprivoiser tranquillement. Nous ne restions pas longtemps ensemble. Il n'aimait pas voyager avec un autre vampire...Alors au bout des six mois quand ma soif fut calmée nos chemins se séparèrent.
Je passais plusieurs siècles a voyager pour observer les hommes. Je me fis à l'idée de leur stupidité. Ce n'était que des êtres de trahisons, de méchanceté avec les leurs. Ils se détruisaient petit à petit en malmenant leur propre terre. J'avais vu de très belle chose partir en fumé par simple égoïsme. Ils assassinaient leur propre relève pour de simple bénéfice. L'Homme pouvait faire de grande chose et pourtant il gâchait toujours tout. Ses nombreuses années à les observer m'apprirent qu'ils n'étaient pas fait pour régner sur la terre. Ils ne la méritaient pas .

Mais la terre sembla reprendre ses droits et se leva contre l'humanité. Dans le monde des vampires ce fut aussi une période difficile. Des siècles qu'on essayait de rester cacher, de vivre en harmonie avec ses satanés humains mais la nourriture commençait aussi à raréfier. Il était de plus en plus difficile de retenir les nouveaux-nés. Malgré leur maigre intelligence les humains comprirent rapidement à qui ils avaient a faire et décidèrent de passer à l'offensive. Les vampires avaient l'avantage de résister au froid, nous étions plus solide en tout point. S'en était presque un jeu …Puis entre vieux vampire nous nous sommes dit qu'il fallait les remettre à leur place.
J'ai participé avec joie à cette guerre, réduisant beaucoup d'hommes en charpies avec le malin plaisir d'avoir l'impression de prendre ma revanche sur eux. Je voulais leur montrer qu'ils n'étaient que des cloportes, je voulais affirmer toute la noblesse des vampires. C'était peut-être un moyen de montrer à mon père qui n'était plus de ce monde depuis bien longtemps que j'avais respecté ses enseignements. Au fond, je désirais honorait mon père. De son vivant, je n’ai jamais eu l'occasion de lui parler de nouveau. Après, m'être habitué à mon état j'avais essayé, seulement j’eus l'effroyable surprise de voir le château à l'abandon.  La peur de la mort de ma famille me fit partir en quête de renseignement. La mort de mon père me chagrina mais moins que d'apprendre la disparition de mes frères et de ma mère. Pour mon paternel j'ai seulement été frustré de ne pas avoir pu le réduire au silence moi même.Un sentiment contradictoire ...Je sais... J'allais partir en quête de mes frères et de ma mère quand ma condition de vampire me fit changer d'avis. Je l'avoue j'ai été lâche...Si j'étais partie à leur poursuite à cette période-là, peut être qu'actuellement les choses seraient différentes . Mais j'avais peur d'apprendre leur mort, peur de leur réaction, peur de beaucoup de choses ...

Revenons au moment de cette grande guerre, c'est pendant cette période que le nom d'Alastair refit surface. Il était lui aussi devenu un vampire. Immense fut ma joie d'apprendre qu'il était toujours sur cette terre. j'avais grande hâte de le revoir enfin pour lui parler mais rapidement je sus que ce n'était pas possible. La guerre ne pouvait que nous séparer une nouvelle fois. Il gardait la faiblesse de croire en l'humanité et en se stupide principe du Calicat. Depuis longtemps, nos idées différaient …mais là elles étaient séparées par un fossé de plus en plus large. Avec mon plus jeune frère, je ne peux pas nier que je l'aime, il fait partie de ma famille mais nos rivalités et ma jalousie nous a séparé et maintenant je ne pense pas que nous puissions nous comprendre. Je  suis l'ainé, je pourrais amorcer le premier pas pour lui parler mais je ne peux pas. Comment lui dire tout ce qui me ronge…impossible il se moquerait de moi et il aime trop les humains pour me comprendre. Nous nous sommes croisés pendant cette guerre mais j'ai bien senti que ma position face aux humains le dégoûtait, il gardait toujours cette image de moi en tant que personne violente...

Les vampire gagnèrent, mais la victoire me sembla amère. Ce système de Calicat ne m'allait pas du tout. Ce n'était qu'un moyen de cacher la misère derrière une illusion de paix.

Cependant, cette prise  de pouvoir par les miens me fit réfléchir. Et je me dis qu'il était temps pour moi d'essayer de reprendre la place qui m'était dû et de retrouver mes frères. Je me devais d'essayer de leur parler. ..Je devais aussi essayer de leur montrer le bon chemin et de faire à nouveau resplendir le nom de Roncempoupre…


❝L'ombre derrière l'incarnation



Pseudo :Chouwakoko
Certifiez-vous être Majeur  ? : Je jure je suis majeure
Comment ton joli minois est arrivé sur le forum ? : ( ͡° ͜ʖ ͡°) Dis nous tout mon mignon.... Et bien en fouillant un peu sur le web, j'ai posé une question peur sûre de m'inscrire et le monde est petit j'ai dans mes contactes skype Othello qui a finit de me convaincre et me voilà !
Quelque chose à dire à ce propos  ? :  Attention là on t'attend au tournant *yeux perçants* ...devant ses yeux perçants...rien à dire  !^^

© Tous droits réservés, codage by Milady.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 70
Lien de sang ? : Rien pour le moment
Intendant Vampires
Aimée Baratheon
MessageSujet: Re: Tenez vous droit, il arrive ... Lun 19 Sep - 12:31
Bienvenue !

Ça fait plaisir de voir débarquer la famille Roncepourpre ! Encore plus lorsqu'il s'agit d'un opposant au Caliçat ;)
Un peu de piment qui va agiter tout ça, héhé.
Je te souhaite bon courage pour terminer ta fiche, j'ai hâte de voir tout cela complété nomnom

A bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 57
MessageSujet: Re: Tenez vous droit, il arrive ... Jeu 29 Sep - 22:15
Merci Aimée,

Comme ça fait un petit moment je viens donner des nouvelles. L'histoire avance petit à petit j'ai mis le début et je vais essayer de finir tout ça d'ici la semaine prochaine ! >.<

Je vous remercie pour votre patience en tout cas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 35
Lien de sang ? : Aucun.
Homme de main
Érèbe Encelas
MessageSujet: Re: Tenez vous droit, il arrive ... Sam 8 Oct - 12:30
Quelques détails à régler


Hello me voilà enfin arrivé à la fin de ma lecture, je te resouhaite la bienvenue parmi nous !

J'ai relevé quelques points à régler/discuter avant ta validation !
Pour le caractère j'ai remarqué une redondance sur l'emploi du "que" ca freinait un peu la lecture.

Niveau de l'histoire dans l'ensemble, c'est plutôt bien retranscrit mais il y a tout de même quelques points qui me chiffonnent :

• Le Jour 2 contient beaucoup de fautes à la suite, ça a aussi freiné la lecture il faudrait passer un petit coup de relecture dessus ( Alistair, avait leguées, etc )

• Veille bien à ne pas le faire parler de manière trop "simple" ou "familière" à certains moments, ça m'a fait tiquer car le personnage reste un fils de Noble, ca n'est pas possible pour lui. ( À d'autres moments par contre justement l'emploi de mots plus complexes étaient vraiment bien pour la lecture. )

• Toujours dans le Jour 2, en rappel à la fiche de prédéfinis il est important de mettre l'accent sur le fait qu'il allait prendre la tête de la famille, monter après tout ce temps de patience et d'éducation tout en haut, d'accéder à ce pourquoi il a été élevé avant d'être déchu et qu'ensuite son père l'ai déshérité.

• Explicite un peu plus l'arrivée d'Aymeric dans son groupe d'amis traitres.

• Le vampire qui le transforme est censé être "contre lui", s'en servir de repas uniquement car il aurait été payé par son groupe d'amis pour se débarrasser de lui. Comme je l'ai laissé entendre dans la fiche il a pitié de lui, et n'a rien de personnel contre lui, mais là il devient son mentor . C'est différent, tu peux garder l'idée du mentor mais il faut juste mieux détailler le passage dans ce cas dans l'idée : il ne le prévient pas qu'il le transforme à la limite mais là ca fait trop copains copains pour te donner l'idée. Son Sacrifice c'est surtout sa mort -qui a été marchandée par le vampire et le groupe des hommes- même si la mort n'a pas été dite, le transformer est aussi une mort après tout !

Voilààà n'hésite pas à venir m'en parler sur skype si besoin cookie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 57
MessageSujet: Re: Tenez vous droit, il arrive ... Sam 8 Oct - 15:53
ok ! j'essaye de corriger ça rapidement, j'ai déjà modifié pour le caractère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 57
MessageSujet: Re: Tenez vous droit, il arrive ... Lun 24 Oct - 0:15
Bonsoir,

Alors j'ai finis de corriger, oui enfin !>.< En espérant que cela convienne !^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 35
Lien de sang ? : Aucun.
Homme de main
Érèbe Encelas
MessageSujet: Re: Tenez vous droit, il arrive ... Lun 24 Oct - 16:47
Bienvenue parmi nous


Belles modifications, cela convient bien mieux au personnage et c'était très bien écrit, j'ai beaucoup aimé le passage réecrit sur sa transformation et l'après transformation.

Tu es validé désormais !

À présent que tu es un résident du Manoir de Roncepourpre tu as été ajouté au groupe Vampires et tu peux maintenant consulter les recherches de Maîtres/Calices ou poster la tienne ici, demander des appartements dans cette section et créer des prédéfinis ici. Aussi la section des journaux de liens t'es ouverte, importante pour te construire des liens avec nos membres et pour pouvoir suivre ta chronologie. N'oublie pas de recenser ton avatar et ta marque !

Bon séjour parmi nous Aymeric ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tenez vous droit, il arrive ...
Revenir en haut Aller en bas

Tenez vous droit, il arrive ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Troisième étape... Tenez-vous prêts ! {Participants au jeu de courage ~
» Ca vous est deja arrive?
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» J'arrive pour tous vous embêter ♥
» Du Droit Canon et de l'Officialité Épiscopale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roncepourpre :: Les Archives :: Le Registre :: Fiches validées Vampires-