RechercherRechercher  AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
MessageSujet: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Sam 5 Nov - 17:14
Combien de temps avait passé depuis qu’il avait vu Quirin à la bibliothèque? Des jours, des semaines voir des mois peut-être? Clovis n’avait pas vraiment tenu compte du temps qui s’était  perpétuellement écoulé tandis que la question de l’immortel avait trituré son esprit à chaque nouvelle journée voir parfois à chaque nouvelle heure. En chemin vers la salle d’armes, un lieu où il n’avait jamais mis les pieds depuis son arrivée au manoir, il tentait de calculer à quand cela remontait. Il finit par en venir à une estimation de deux mois alors qu’il arrivait bientôt à sa destination. Bien qu’on était le jour, des gardes et des guerriers s’entraînaient encore entre eux. Un bruit de métal s’entrechoquant et une odeur de sang régnaient dans l’air. Les échanges étaient loin d’être des plus doux malgré leur côté amical. Clovis observa leur jeu. Depuis quelques semaines, il ne portait plus son bandeau en journée. Il avait commencer à abandonner certaine coutume des Arrakis, bien qu’il en gardait d’autre qui lui plaisait. Il était cependant devenu de plus en plus nocturne à cause des migraines que la lumière du jour lui donnait rapidement sans rien pour se protéger de sa clarté vive.

Il se faufila entre les personnes présentes en ignorant les regards qu’ils lui étaient porter. Bien qu’autorisés à venir en ce lieu, les humains n’y étaient pas pour autant forcément les biens venus. Ça présente interdite ou incommodante, ne l’avait jamais arrêté en autre situation alors il n’y avait aucune raison qu’il recule. Il avait affaire avec Quirin, le cherchant depuis hier soir, et Clovis en avait assez de ne pas parvenir à le localiser dans le manoir. D’autant plus qu’il n’avait même pas réussit à savoir s’il était en mission extérieure. L’esclave poussa un fort soupir et en bouscula quelque un pour parvenir à passer parmi ces masses de métal et de cuir. Sa course s’arrêta devant le second accès de la salle d’armes. Cette sortie était tout juste à côté des appartements privés du titan qu’il pistait. Il en avait eu vent à force de questionner. Il devait bien l’admettre il n’était pas évident de tiré les langues pour avoir des informations sur ce seigneur. Peut-être certains, qu’il avait interrogés, l’avaient-ils jugé fou de courir après un vampire comme on le ferait après un cerf que l’on traque. Dans tous les cas, Clovis porta un dernier regard autour de lui pour se confirmer que sa proie n’était pas parmi ces autres combattants qu’il venait de passé. En étant pratiquement certain, il quitta le lieu pour passer à la porte adjacente. Il poussa celle-ci et pénétra dans l’antre de la bête…

La porte close derrière lui, il était maintenant, en quelque sorte, prisonnier du lieu. C’était une chambre immense qui s’offrait à sa vu, mais très sombre dans l’ensemble. Il y était visiblement seul. Seul, mais en compagnie de lui-même de par ce mur entier agrémenter intégralement de miroir. Un choix intéressant se dit-il tandis qu’il alla vers les rideaux bordeaux pour jeter un bref coup d’oeil à l’extérieur. Il les replaça ensuite soigneusement de manière à ce qu’aucun rayon de lumière ne pénètre en ce lieu interdit au soleil. Sans la moindre inquiétude, il fit un dernier tour de l’endroit et alla ensuite se poser sur l’immense lit pour s’y étendre. Même aux suites de sa rencontre avec Marcus, il y a quelques jours de cela, il était encore épuisé. Ces cernes sous ses yeux, qui avaient été au début discret, étaient devenus plus criards. Cependant, depuis hier il était fixé et plus que décidé. Il avait donc recommencé à trouver un sommeil réparateur. Il ne lui restait qu’à rattraper les nombreuses heures de repos qu’il lui manquait.

Un agneau imprudent reposant sur le tas d'os servant de lit à un loup géant. Comment la petite bête pouvait-elle penser que cette histoire puisse bien se terminer. Loup, loup… Où es-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 52
Garde de jour
Quirin Kayser
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Sam 5 Nov - 23:13
C'était encore une de ces missions longues et chiantes. Ce n'était pas dans le principe même de la mission, non, vadrouiller en journée dans les forêts avoisinante, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus désagréable, bien que le froid était présent et bien ancré sur le domaine de Sir Alastair, qu'il y eut peu de vent et que le soleil était présent, la marche n'avait pas été déplaisante en fait. Un peu sec, pas de frisson, les reflets du soleil dans le neige qui vous fait souffrir, mais rien de bien désagréable. Les humains qui l'avaient accompagné pour l'occasion était spécialisé dans la traque, ce n'était pas le domaine de prédilection de notre vampire. Non, il était là pour les défendre, pour les surveiller mais aussi savoir s'il pouvait rebeller une trace de rebelle ou de quoi que ce soit d'autre. C'était là que la journée devenait inintéressante au possible, ils n'avaient rien trouvé, des traces d'animaux, des pièges ici et là, signe de braconnage mais rien de bien passionnant dans tout cela. Le pire, c'est que cela lui avait prit pratiquement la journée. Certes, il fallait bien le faire, mais tout de même, pourquoi lui ? Parce qu'il commençait à envoyer un peu tout le monde sur les roses ? Il faut dire que Quirin était un peu plus changeant que d'habitude et il prenait cela, il faut le dire, une punition à aller se les geler dehors.

Enfermé dans son long manteau, une fourrure autour du cou et sa capuche noire, il n'avait pas desserrer les lèvres sauf pour poser quelques questions concernant le tâche à effectuer, pas une seule fois il n'aurait donné d'intérêt aux sujets qui l’accompagnait. Même durant le retour, même en ayant était raccompagnés jusque devant le bâtiment, même pendant le pseudo compliment qu'on lui avait fait sur le fait que,certes, il était muet, mais il n'était pas désagréable ou ordurier comme pas mal de ses confrères. Non, il voulait passer à autre chose, il en avait marre, un bon bain, une douche, quelque chose qui pouvait y ressembler, mais vite.

Quittant ses acolytes de fortune, il entre dans l'immense bâtisse sans même prendre le temps de regarder qui se trouvait sur son passage, plusieurs heurtes, plusieurs bruits de couverts, des insultes marmonnés et des cris. Mais rien qui ne put faire arrêter notre homme qui n'en avait que bien trop marre de la situation présente, une seconde il meurt de froid et dans cette bâtisse, c'est la fournaise. C'est donc d'un pas pressée qu'il se présente devant la salle d'eau, attrapant un acolyte de passage pour l'ordonner de faire venir un bac en bois dans sa chambre ainsi que de l'eau brûlante pour la remplir. Il donna son numéro de chambre et se déplaça vers l'intendant de la garde pour faire son rapport. Si le temps était avec lui et que ce dernier ne devenait pas trop agaçant ou hautain, le temps de faire ceci, son bain devrait être prêt pour la relaxation. Et le rapport fut le cul entre deux chaises, éloge d'être un vampire de jour et critique de comportement. S'il savait à quel point il n'en avait que faire de tout ceci... Il voulait se reposer.
Mais la liberté arriva tout de même et c'est d'un pas assuré qu'il prit la tangente, direction sa chambre. Il ne prit pas le temps de parler à qui que ce soit sur la route, pas le temps, pas l'envie, il allait en baffer, d'ailleurs, quand il croisa le jeune homme qui allait prendre la parole. Ce dernier se vit gratifier d'une main sur la bouche.

« Dégage maintenant. »

Murmura l'allemand alors qu'il aurait pu être informé de la présence de son «  calice » dans sa chambre, du moins, c'est ce qui semblait le plus clair dans l'esprit du jeune homme.

Une fois la porte refermée, ni une, ni deux, il perdit, direction le sol devant la sortie, ses habits les plus encombrant. Ses yeux ne s'était pas encore habitué au noir que déjà, il s'était assis dans son lit, dos au jeune homme sans même avoir remarqué sa présence. Il était bien trop occupé à retirer ses bottes et à se secouer un peu trop dans tout les sens à cet instant pour deviner la présence ou même tâter son lit pour espérer y trouver une fleure vierge de ses attouchements. Non au lieu de ça et d'une manière normale, il balança son pantalon sur le lit, couvrant, par accident le corps de Clovis avant de se glisser dans son eau tout en râlant de plaisir et de laisser un

« Mein Gott... »

Se perdre de ses lèvres. Les jambes dépassant de l'eau, sa tignasse couvrant la surface tel une marée noire. Il se ferma à demi les yeux, somnolant alors que peu à peu, il s'offrait enfin un peu de temps pour lui.
Un doute, une présence ? Il se releva un peu, il fixa ce qu'il pouvait voir ou deviner, l'abruti qu'il était avait positionné du tissu sur la silhouette morte ou endormi... Bah ! Au diable le corps, s'il était mort, il n'y avait pas besoin d'urgence et s'il dormait, qu'il profite de sa nuit avant de se faire pourir littéralement par Quirin.

Repos du guerrier ! Quoi que, après chaque repos, il faut faire de l'exercice... As-tu une jolie partie de ton corps à me proposer inconnu de ma chambre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Dim 6 Nov - 1:34
Un grommellement inaudible se fit entendre de Clovis sous cette agitation qui modifiait progressivement son rêve paisible en une marée bouillonnante et noire comme de l’encre. Le sol sous lui devenant une chaloupe, l’herbe une infinité de vagues de plus en plus grande et le ciel bleu se transforma en une montagne de nuage menaçant qui projetait des éclairs. Beaucoup trop bourrus furent les gestes du vampire et bien trop assiégé de préoccupation était l’esprit de l’humain pour être resté paisible à cette intrusion brusque. La goutte de trop fût se pantalon que Quirin projeta sur lui, sans le savoir, qui se traduisit en une lame de fond qui fit chaviré la minuscule embarcation de l’esclave. Se retrouvant sous les flots, il tenta de nager vers la surface, sans pour autant parvenir à atteindre le ciel grisonnant. Lentement, mais surement, il commençait à manquer d’air. Quand ses poumons cédèrent et que l’eau envahissait rapidement sa gorge, il se réveilla brusquement.

Ce fut d’abord un regard perdu qu’il donna sur la pièce. Ne comprenant pas ce qu’il faisait ici, son cerveau étant encore dans un état trop second pour qu’il parvienne à réfléchir. Cependant, cela lui revint progressivement. Oui! Il était dans les appartements de son seigneur. Le même qu’il avait traqué depuis hier et qui maintenant se trouvait là, sous son nez. Du moins presque. Il était malgré tout à quelques pas de lui, profitant de sa baignoire. Scène qu’il jugea plutôt intéressante. Après tout, eux aussi pouvaient avoir besoin de relaxation de ce genre bien qu’il n’y avait jamais songé.

- Meister!

Lança-t-il joyeusement tout en se levant. De toute évidence, il ne faisait déjà plus cas de se réveille brusque après l’avoir aperçu.

- Je vous ai cherché longtemps. J’aurais dû penser à venir ici dès le début. D’une certaine manière c’est encore vous qui m’avez trouvé.

Il rit tendrement alors qu’il s’approchait de lui d’un pas léger. Il n’avait pas oublié ce qu’il lui avait dit lors de leur première rencontre tandis qu’il avait demandé à le revoir : « Si c'est ce que tu veux... Alors, ne me cherche pas... C'est moi qui te trouverai. » Il était possible d’affirmer que ses paroles l’avaient marqué et ce n’était certainement pas la première ni la dernière fois que Quirin allait laisser une trace en lui. La seule présence de Clovis en ce lieu et la raison qui l’avait poussée à y pénétrer en étaient la preuve même.

- J’ai pris la liberté de m’introduire chez vous. Ce n’était pas barré après tous. Non pas que cela y aurait changé quoi que ce soit de toute manière.

Alors que son « calice » était arrivé à ses côtés, il déposa derrière le titan le sceau en bois, qui avait servi à remplir le bain, après l’avoir retourné pour que la partie concave se retrouve vers le sol. Il installa ses fesses sur l’objet, sans plus de cérémonie, pour s’en servir de banc à défaut d’en avoir un. Il approcha ses lèvres de l’oreille gauche de Quirin et y murmura.

- J’ai songé à votre offre.

Il n’en dit pas plus et commença à faire glisser ses doigts sur les épaules du vampire jusqu’à ses trapèzes. C’est à cet instant que la paume chaude de sa main entra en contact avec la peau de son bourreau qu’il caressa doucement. Il se tenta même à s’aventurer plus loin en laissant glisser sa main droite plus bas vers son torse, l’introduisant légèrement dans l’eau.

- J’ose présumer que le temps n’est pas un problème pour vous.

Il fit remonter sa main droite vers ses épaules, mais cette fois au lieu de le caresser il y fit courir ses petites griffes. Il ramena ses deux mains à leur point de départ, les épaules de Quirin, et commença à le masser. Sans demander son reste, Clovis s’approcha encore un peu plus pour venir se coller contre son dos. Il continua le jeu de ses mains sans ne parler dans l’immédiat de sa décision. Il était peut-être aussi immortel que les fils de la nuit, bien que cela était temporaire, il avait le pressentiment de devoir rattraper le temps perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 52
Garde de jour
Quirin Kayser
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Dim 6 Nov - 12:16
Meister joyeux, le petit rire enfantin, la gestuelle traduisant pleinement sa joie de vivre. Sans se tromper, le petit Clovis semblait être de forte bonne humeur, nein, nein, tu n'arrivera pas à lui transmettre tout ceci juste avec un sourire et une voix enjôleuse, il lui faut bien plus que ça et il paraît clair que tu es loin d'avoir la présence et le charisme d'un bain brûlant. Surtout la présence en fait.

Mais tu as eu au moins le mérite de le faire sursauter quand tu l'appela Meister la première fois, il avait déjà l'esprit ailleurs, à somnoler dans les bras de Morphée. Les vaguelette que son corps avait créé en se mouvant de surprise, remontèrent jusqu'à son nez et son visage. Le défaut d'avoir un cœur qui bat lentement, c'est que, malgré tout, vous respirez quand même pour qu'il est toujours le minimum pour survivre et c'est donc, une pseudo noyade qui tira de ses rêveries notre vampire qui se redressa rapidement, les mains sur le bord de la baignoire, en toussant et crachant le peu d'eau qui s'était coincé dans sa gorge. Un mouvement de tête rapide, comme pour reprendre ses esprits, les yeux mi-clos a fixé peu le de chose visible de son reflet dans l'eau. La tout de suite, si tu immortalisé l'événement, il donnerait l'impression d'un chien à poil long qui vient de se tirer de l'eau sans être ravi de s'y être fait jeté. Déposant les mains sur le bord du bac, il se redressa pour se hisser quelques secondes hors de l'eau, juste le sommet de son corps, tenter de reprendre un peu de prestance, mais cela devait être peine perdu au vue de la situation un peu plus tôt. Il souffla avant s'allonger à nouveau dans l'eau qui avait débordé et éclaboussé un peu partout.
Regardant Clovis s'approchait de manière un peu trop lascive, non, en fait de manière très... Quirin en fait... A venir sussurer au creux de son oreille en soufflant sur sa chair pour attirer, attiser son attention à ses mots. Il apprend vite à savoir manipuler Quirin, n'espère même pas le truc classique de l'élève qui dépasse le maître. T'es sur la mauvaise voie avec lui.
Il avait songé à son offre, il était venu partager sa réponse avec l'intéressé. Heureusement pour le vampire, car il n'était pas en mesure d'écouter les divagations d'un humain sur la vie terrible au manoir et sur les gens qui l'entourait. Il en avait déjà assez tout les jours sans en avoir en plus de ses proches.

Finalement, Quirin avait tort depuis le début, Clovis avait plus de présence qu'un bain chaud, ses mains qui se perdaient sur le sommet de son corps, que ce soit en caresse ou en massage, il en avait grand besoin à cet instant et c'est un soupir d'aise qui accueilli cette main qui se perdait plus bas qu'elle ne le devrait, pas d'empêchement ou de mouvement rude pour le déloger de là. Non, non, Quirin avait décidé de profiter de tout ceci. Le massage puis le contact, les griffes, même légère, qui lui tire un frisson de plaisir non dissimulé sur son épiderme qui se hérisse. Tu as toute son attention petit Quirin.

« Et je suppose que la réponse est positive, sinon, tu ne serais pas là. »

Puis il penche la tête sur l'épaule de Clovis, le fixant du coin de l'oeil avant un visage neutre, désolé pour toi, il te trempe un peu mais comme tu étais déjà venu te coller à lui.

« Au lieu de te coller comme ça, tu peux entrer dans le bain, y'a assez de place pour toi. »

Vu la grand perche qu'était le titan de jais, effectivement, on pouvait mettre un Clovis et un second aussi. Non, ce n'était pas l'invention d'une nouvelle de mesure, mais c'était pour illustré.

Pour illustrer son invitation, il se poussa, se repoussa pour se mettre assis de manière à laisser de quoi s'installer en face.

« A moins que tu sois venu me proposer ta main et me demander de devenir mon Calice. »

Petit revirement de discours ? Quirin versatile ? Ca ne serait pas étonnant, mais pour cette occasion, non, c'était autre chose, il voulait savoir, il voulait voir si le jeune homme n'était pas encore un peu manipulable sur sa décision, si finalement, Calice de Quirin ne serait pas une meilleur option qu'être un vampire solitaire et sans accroche. Difficile à dire, mais ce n'était pas notre Allemand qui allait donner la réponse à tout ceci.

Car dans l'immédiat, il était bien trop occupé à repousser ses cheveux en dehors de l'eau, il les avait coincé entre son dos et le bac et il se faisait assez mal quand il se déplaçait de quelques centimètres.

Même si l'invitation était refusé de venir s'installer face à lui. Son regard ne sera que pour Clovis, ce qui allait se passer, ce qui allait venir aller changer la vie d'un humain, en bien, en mal, cela allait être difficile à dire, mais Quirin, intérieurement, avait un frisson d'envie de savoir la réponse du jeune homme, enfreindre les règles, offrir la vie éternelle à quelqu'un au de là de la connerie humaine et vampirique... La seule chose qu'il espérait, c'était de ne pas se tromper avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Dim 6 Nov - 14:15
- Qui sait.

Deux mots qu’il laissa glisser hors de ses lèvres et qu’il prononça tel un serpent insidieux. Il cherchait à défaire cette certitude que lui semblait avoir son interlocuteur et qu’il n’apprécia pas pour deux raisons flagrantes. La première étant qu’il n’avait absolument pas besoin d’une récompense pour avoir envie de revoir Quirin. La seconde, quant à elle, était le fait qu’il donne une réponse négative ou positive il serait venu malgré tout.

Au contact de sa tête contre son épaule et de sa chevelure détremper qui le réchauffa, Clovis cesse de masser ses épaules. Il préféra faire glisser sa main gauche vers se cou qu’il lui dévoila ainsi placer. Son cou de nacre sur lequel il fit courir ses griffes infantiles avant de commencer à masser sa tranchée. Si fragile chez un humain… Il la serrait un peu plus que nécessaire parfois. Observant ses réactions, jouant avec lui. Un jeu un peu morbide en apparence pour qui ne savait pas ce manque d’intérêt des vampires pour l’air qui nous entoure.

Un silence fut sa réponse à sa première invitation, mais une moue de mécontentement et un retrait de ses mains furent sa réaction à sa deuxième suggestion. Leur disparition fut de bien courte durée, puisque ses minuscules couteaux vinrent se planter vivement dans la chair des épaules de Quirin, prenant ses trapèzes comme support à son emprise.

- Ne prends pas la direction de cette comédie avec moi. Je la trouve absolument déplaisante.

Il tira ses chairs et y fit jouer ses ongles avant de le relâcher tout aussi subitement que son attaque avait été. Délicatement, il porta son index contre les lèvres de son seigneur pour y déposer son propre sang avant de s’éloigner de la baignoire pour se déshabiller. D’un geste toujours énerver par ce que le vampire venait de lui dire, il retira son chandail en partie mouillé et qui ainsi était loin de le garder de la fraicheur ambiante. S’en suivirent ses souliers qui eurent comme seule attention leur collègue afin de les dénuder. Finalement vinrent le tour à son pantalon et son sous-vêtement dont il se contenta d’abaisser légèrement leurs côtés ensemble pour ensuite les laisser tomber au sol en secouant un peu ses jambes.

- Je n’ai pas envie de cette place.

Cette phrase s’échappa de ses lèvres tel un enfant trop gâté. Parlait-il de celle de calice ou de l’emplacement que lui avait offert Quirin dans sa baignoire? Peut-être même était-il question des deux?

- J’en veux une meilleure.

Continua-t-il d’une manière tout aussi peu spécifique alors qu’il venait d’atteindre le bord de la baignoire. Il y glissa sa jambe droite et ensuite sa jambe gauche. Ce fut en profitant de cette vue de devant qu’il observa le corps de Quirin tout en s’assoyant en face de lui. Son prédateur était mille fois plus intéressant que cette trempette qu’il lui avait offerte. Peut-être Quirin était-il tel un raton laveur. Préférant ses proies propres et fraichement soigner. Quelle que fût la pensée que ce loup géant put avoir, Clovis se laissa glisser jusqu’à lui afin de prendre place dans ses bras. À quoi bon partager un bain à deux si c’était pour être chacun de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 52
Garde de jour
Quirin Kayser
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Dim 6 Nov - 15:32
Clovis avait décidé de devenir un petit explorateur, à se perdre sur la chair du vampire comme un aveugle laissant errer ses doigts pour deviner et découvrir quelque chose, une matière ou un être, qu'il ne connaissait pas. Ce n'était pas pour être désagréable, loin de là en fait. Quirin, en confiance, tendit son visage, offrant sa gorge, sa jugulaire, au doigts et aux griffes du jeune homme, du garçon, il n'avait pas peur de lui, non, il était même, plutôt en confiance, en sa présence. Pourquoi diantre le redouté alors qu'il avait réussi à le briser d'une certaine manière, sa foi, sa personne et ses pensées. Explorer Clovis, tu le peux, il ne fera rien. Son surplus de confiance d'ailleurs lui coûte la mauvaise surprise des griffes plantées dans la chair. Il sursaute sur l'instant, le temps de s'habituer à la surprise, mais bien vite, cette douleur et se pinçant de chair lui retire un frisson de plaisir à nouveau.

« Si tu n'étais pas aussi... Vexé, tu aurais pu m'exciter ainsi. »

Lentement, il lève les mains hors de l'eau, les posant sur celle de Clovis, enfermant ses doigts entre les siens.

« Par contre, aussi proche que tu es. N'oublie pas qu'il y a un respect commun... »

Il tire sèchement sur les poignets, le forçant à s'enfoncer dans l'eau pour approcher son visage du sien.

« Je pourrais facilement te rappeler ta place, que ce soit Avant ou Après. Es ist klar. »

Puis il libère sèchement les mains du jeune homme, les déposant, à nouveau, sur le bord de la baignoire alors qu'il ferme les yeux, récupérant cette zenitude qu'il avait acquis en se faisant masser par toi, il y a encore quelques instants de là.

Cette odeur, ce liquide... Il ne le connaissait que trop bien, l'insolent humain avait décidé de lui offrir son propre sang en offrande. Clovis, Clovis, tu commences à prendre énormément de confiance en toi, tu pourrais presque faire peur si l'allemand n'était pas aussi imbu de sa propre personne et ne voyait pas ce genre de signaux.

Le bruit du tissu froissait, des habits qui tombent, rien ne fit ouvrir les yeux au vampire, non, les sons étaient suffisants pour nourrir son imagination fertile, la réponse ? Elle le fit sourire, il ne savait pas comment la prendre car il n'était pas apte à savoir de quoi il parlait à cet instant précis, mais il allait bientôt le savoir, non ? Il fallait l'espérer dans tout les cas. Le corps du vampire ne laissait que peu de chose visible, peut être les tatouages rouge sang courir sur sa gorge et ceux qu'il avait pu admiré dans son dos, mais le reste était vierge.

Lentement, les mouvements de l'eau trahirent la réponse à l'invitation, le jeune humain venait de se poser dans l'eau, mais semblait encore décider à se mouvoir et finalement se loger purement et simple contre lui. Nichant son dos contre le torse du vampire, tel un siège de chair brûlant. Un soupir, un ravissement de la présente scène fut soufflé par le vampire. Un bras s'enfermant sur le corps du jeune homme, sa main se posant sur la hanche opposé, tel un étau pour le garder contre lui.

« Tu n'es pas venu que pour t'inviter dans ma chambre, dans mon lit et dans mes bras, n'est ce pas ? Donne moi plus d'information, joue avec les mots si tu veux garder un peu de suspense, j'ai tout mon temps et une main libre pour m'amuser de toi et avec toi. »

Et effectivement, cette jumelle libérée se leva calmement, se perdant sur la joue du jeune homme pour la caresser du bout des doigts, douce et délicate errance sur cette parcelle qu'il connaissait mais qu'il aimait parcourir. D'un mouvement vif, il se griffa à hauteur du pouce, juste ce qu'il faut pour faire naître une perle de sang qu'il déposa, dans un effleurement, sur les lèvres de Clovis, comme un avant-goût à ce qu'il allait lui arriver plus tard, aujourd'hui, demain, plus tard...

Levant une jambe, il la déposa sur le bord de la baignoire, offrant un peu plus de place pour le sac à viande dont il avait encore la primeur ce soir. Sa main, qui maintenait la pression contre le ventre, caressant cette hanche offerte. Alors que, de léger mouvement de torse, soulevé à un rythme calme, presque paisible le corps du garçon.

Quirin ne savait toujours pas la raison de sa présence ici même, il y avait réfléchit mais avait-il une réponse ? Venait-il pour des questions à nouveau ? Sur la manière de faire ? Ce qu'il allait devenir plus tard ? Ou alors, il n'avait même pas idée de ce qui l'attendait réellement.

« Ha si, j'ai une question. Tu ne pouvais pas attendre mon retour que tu te sois invité ? Mon odeur te manquait pour que tu te roules dans mes draps. Heureusement que tu t'es refusé à moi, imagine comment tu aurais été sinon. »

Ja, un peu d'humour durant tout cela. Il fallait bien dédramatiser la situation présente. Elle allait devenir on ne peut plus sérieuse à n'en pas douter. Autant prendre un peu de plaisir avant. Même si, à n'en pas douter, mordre cet être à la peau travaillée et délicate, allait être un orgie de plaisir des sens à lui seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Dim 6 Nov - 16:35
Il accueillit la pression sur ses mains et le tiraillement de Quirin, pour le forcer contre lui, avec un long silence pesant. La consigne du titan était là et claire. Aucune mécompréhension ne pouvait s’y être glissée quant à ce qu’il attendait de lui ou à ce qu’il pouvait advenir s’il perdurait à s’aventurer dans la situation inverse. Ce ne fut qu’en s’éloignant de lui pour se déshabiller qu’il répond à l’affirmative.

- Ja, mein Meister.

Lui laissa-t-il entendre poliment, bien qu’il avait largement désenchanté entre cet instant et celui où il l’avait massé. Ce qui, bien malgré tout, ne l’empêcha pas de chercher son étau en venant nicher son dos contre le torse inhabituellement tiède de Quirin, l’eau ayant su réchauffer ses chairs mortes. Tout comme son tyran, un soupir se fit entendre de la part de Clovis, mais le sien fut de soulagement. Il était content que la main du vampire se referme contre se hanche et emprisonne son corps de son bras malgré l’incartade qu’il s’était permis. Cela avait-il cependant la mauvaise conséquence de rendre l’avertissement de Quirin à son égard moins intimidante? Pour l’heure il était difficile d’en juger.

- Et si je m’étais introduit que pour cela? Mais je présume que ça doit être rare pour vous de vous faire traquer. Cela doit être difficile à gober. Et pourtant ça aurait pu être le cas. J’aurais pu venir ici pour m’inviter dans votre chambre, dans votre lit et dans vos bras uniquement pour le plaisir de le faire. Mais vous attendez ma réponse. Vous jouez le prédateur patient alors que la souris se balade sous son nez. Je n’ai aucune raison de donner mon verdict maintenant alors que l’on s’amuse tellement ensemble dans l’actuelle.

Clovis termina ses mots qui s’étaient voulus changeant dans leur tonalité, tel le vol d’un papillon, en léchant du bout de sa langue la perle de sang qui suivit les caresses de son seigneur. Un sourire de satisfaction se dessinant sur son visage le trahit lui-même.

- Tellement plus attrayant, dit-il d’un souffle murmurer. Tellement plus simple que de longue phrase, s’avoua-t-il.

La marée douce qu’occasionnait le lent rythme du corps contre lequel se trouvait Clovis et, plus important encore, l’ambiance générale transporta celui-ci vers un état de plénitude à son tour. Se délogent de son immobilité latente uniquement pour profité de se regain d’espace qui lui était offert. Dans un geste probablement lancinant pour Quirin, il recula ses hanches contre celle de son hôte et déposa sa tête contre le bas de son épaule. Dévoilant à son tour son cou. Sa chair tellement plus fragile.

- Si je m’étais refusé à toi je ne me serais pas roulé dans tes draps pour profiter de la présence de ton odeur puisque ta froideur n’était nulle part à trouver. Je ne serais pas non plus dans ce bain à attendre que tu fasses ton oeuvre pour me conduire aux portes du Valhalla et ensuite me ramener à tes côtés.

C’était d’un calme irréprochable qu’il lui avait répondu et qui démontrait probablement sa confiance trop grande envers Quirin tandis qu’il lui avait finalement délivré la réponse tant attendue. Mettant fin à son jeu de fuite pour entrer plutôt, de manière plus que volontaire, dans celui de ce loup géant qui serait son Fenrir personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 52
Garde de jour
Quirin Kayser
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Dim 6 Nov - 18:22
Effectivement, il n'était pas courant de traquer le titan de jais, en général, c'était lui qui faisait cela, que ce soit pour un crime, pour une mission ou même pour des pulsions à assouvir. Il n'avait pas l'habitude qu'on lui court après, que l'on se renseigne sur lui et ou ses activités, même si ces derniers temps, l'intendant commençait à le faire du fait de son manque de réactivité ou même de politesse vis à vis des ordres ou tout simplement de ses supérieurs. Mais le chevalier vampire n'allait pas juger, n'allait rien dire, c'était de la curiosité malsaine de savoir la raison de tout cette empressement, il était bien au delà de la méchanceté concernant la violation de son lieu de vie. Certes, cela pouvait être perçu comme un jeu, mais ce n'était pourtant pas le cas, de l'intérieur, tout ce qui allait se passer ce soir allait au delà tu simple amusement, c'était tout autre chose. Mais pour l'heure, notre jeune homme avait décidé d'autre chose semble-t-il, il voulait profiter avant de passer aux choses un peu plus sérieuse.

Le sang semblait être au goût du garçon, cela était évident et quand bien même, il ne l'aurait pas aimé ? L'aurait-il montré au vue de leur situation ? Ce n'était pas le rapprochement physiquement dont il était question mais de l'alliance entre eux. C'était lui ou les mots de Clovis sonnait comme une invitation à profiter de lui, mais surtout plus à un ordre détourné ? Il s'offrait et donc Quirin devait disposer ? C'était cela qui se passé à l'heure actuelle ? Le petit avorton se gonflait d'estime un peu plus chaque instant ou il d’acoquiné au vampire.

« Alors l'offrande de mon retour de service ? C'est toi. Le repos et le repas du Guerrier ? C'est toi. »

Il se mouva légèrement sous l'eau, glissant son autre jambe sous celle de Clovis et leva la paire en dehors de l'eau, les posant, elle aussi sur le bord de la baignoire. Au moins, maintenant, il était totalement offert à ce dernier dans cette position, certes indélicate, mais sans équivoque ou offrant manière à réfléchir sur la suite.

Il pencha le visage sur le coté, soufflant sur la gorge tendu, son souffle, pour cette occasion, était tiède, la chaleur du bain avait réussi à donner à Quirin une illusion de sang chaud et de vie en lui. Passa le bout de sa langue, l'extrémité, sur cette délicate et offerte jugulaire. Hésitant, il aurait voulu le mettre, mais il se devait de garder cela pour plus tard, bien plus tard. Cela ne serait que la fin de leur nuit, comme la clôture d'une cérémonie...
Au lieu de cela, de parler, la main qui était libre glissa de la mâchoire, vers le torse, se perdant sur l'un des pectoraux du jeune homme, laissant errer ses griffes sur la partie non inondé, le pouce laissant de légère trace rouge sous le passage de la griffe naturel alors que de l'autre, son index se perdait sur la partie plus intime de ce corps, caressant, dans un mouvement circulaire, le téton.

« Pourquoi vouloir en revenir ? Tu ne veux pas être coincé dans mon paradis ? »

Demanda le guerrier Allemand alors qu'il commençait à mordiller, avec délicatesse, la chair en tirant dessus, évitant scrupuleusement de la faire saigner pour éviter de ce donner toute envie de mordre dans la chair même.
Y'avait-il un piège à loup à nouveau tendu par Clovis? Le géant de charbon ne le savait pas, il n'y prenait pas garde, au delà de ça, il était déjà perdu dans des pensées empli de luxure et de perversité ou Clovis était déjà dans tout ses états alors que cela n'était pas encore le cas dans le monde réel. Tu l'inspire mon jeune ami, ta peau, tes tatouages, tes cheveux, tes yeux...
Quirin se tortilla un peu, légèrement, déplaçant son bassin pour remonter un peu le jeune homme contre lui, l'installant de manière un peu plus confortable pour lui et pour éviter que le bac ne déforme sa colonne qu'à un unique endroit du dos.

Le peu de chair encore abandonné par l'eau se voyait gratifier maintenant par le passage de la main libre, laissant toujours se perdre et dessiner les formes du corps du piège à vampire. Mais finalement, il fallait bien briser cette barrière physique qui n'était que pression aquatique et la main du chevalier disparu sous l'eau, prenant la direction de la cuisse qui avait été écarté quelques instants plutôt. Inspiré ou désireux de passer rapidement à autre chose de plus physique ? Aucune idée, mais cela trahissait pleinement son envie de passer cette situation qu'il avait déjà connu et qui lui avait valu un rejet de Clovis. Oh ce n'était pas une manière de se venger, ni une manière de se protéger d'un unique rejet, mais il a envie de plus que de simple caresser sur un corps tiède et ce dernier allait vite le savoir puisque les doigts du vampire aller lui montrer ses attentes.

La main s'ouvrit lentement, se posant sur la cuisse et descendit lentement vers l'entrejambe. Oh non, il n'allait pas la remonter, ni même se perdre dans une énième caresse, au lieu de cela elle se perdit autour de la virilité de Clovis pour s'enfermer, avec grande délicatesse sur ce qui courait un peu plus bas, il démarra un délicat massage des testicules alors que son regard s'ouvrit à cet instant, offrant une faible lueur rougeoyante à ce morceau de chair, il avait le peau à peau pour sentir et ressentir ses réactions, mais il se nourrissait principalement du plaisir à lire sur le visage ou même à entendre.

Il va tenter de t'accorder à sa mesure. Espérons que tu sois un instrument particulièrement plaisant à pratiquer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Dim 6 Nov - 22:19
Clovis laissa entendre un son songeur aux questionnements qu’on lui livrait sur un plateau d’argent. À moins qu’il n’ait été plutôt celui que l’on préparait à être déposé sur cedit présentoir. Ce qui était bien plus proche de la réalité à son avis lorsqu’il comprit où voulait en venir Quirin avec ses jambes inquisitrices qu’il avait faites coulé sous leur comparse humaine. Venant faire trôner par la suite celle-ci à la vue, hors de leur enveloppe réchauffante que l’eau prodiguait. Clovis ne s’y attacha pas plus qu’il l’aurait fait en apercevant un os dans une décharge. S’il souhaitait tant qu’il écarte ses jambes, il le fit. N’étant pas dupe pour autant. Il s’avait qu’elle table le vampire voulait dresser et il été celui qui l’avait invité.

- Pour être franc… j’avais oublié le dû que tu voulais en échange. C’est vrai que tu avais dit que ça ne serait pas gratuit de devenir ton infant. Si tu le prends sous cet angle pourquoi pas. Tu seras par contre perdant au change. Je n’ai pas besoin de me faire « payer » pour avoir envie de baiser avec quelqu’un. Du moins pas avec toi.

Un long frisson fit trembler faiblement le corps de l’esclave lorsque le passage de la langue de Quirin se fit ressentir sur son artère vitale. Cela ne venant qu’en ajouter un peu plus aux  souffles qui agaçait volontairement sa peau. Celui-ci était certes différent de son habituelle froideur, mais tout de même appréciable de par son unicité.

- Non pas que je doute que cela soit des plus plaisant pour toi lorsque tu vas effectuer ton oeuvre. N’est-ce pas là déjà suffisant pour combler tes désirs en cette heure?

Trop de délicatesse il lui faisait. Il fallait savoir doser un peu le tout entre les deux mondes. Plaisir délectable et douleur excitante. Quelques griffures faibles qui lui fit rentrer le ventre, de légers pincements qui lui arracha une adorable expression d’inconfort désiré, mais rien de comparable à la tension qu’il lui avait portée au coeur sombre de la bibliothèque. Il y avait très certainement une raison à cela et Clovis se doutait fort bien de celle-ci. Au vu de comment il mordait avec précaution sa peau, il n’avait pu faire autrement que de le deviner assez vite. Malgré cela, il décida de laisser Quirin faire pour l’immédiat.

- En effet. Pourquoi…

Songe des plus sérieuses qu’il laissa planer dans l’air pour rejoindre sa propre audition. Cherchant à s’en convaincre? De se trouver une raison de refuser, mais n’en voyant pas? Oui… Après tout qu’est-ce qui le retenait? Une seule chose traversa son esprit, mais celle-ci lui paraissait si lointaine maintenant et si différente de lui qu’il n’en ressentait plus une seule attache. Ce seul et unique noeud ayant été défait par Quirin. Il avait retiré sa corde de vie sur cette chaloupe et Clovis l’avait laissé faire. Désespéré. Prenant une chance de croire les chants avec lesquels le vampire l’avait envouté. Un quitte ou double jouer avec sa vie. Il était rendu au-delà de simplement prié miss bonne fortune. Il en était à un point où il allait lui falloir bien plus.

Clovis l’aida à se replacer, soulevant ses hanches et lui laissant un espace de jeu pour bouger. Le tout ne fut qu’une histoire de seconde, mais des secondes pendant lesquels il ne pensait qu’à regagner le contact de sa peau. C’est vrai qu’il était plus confortable ainsi caler, ressentant des endroits aux combien plus tentatrices de ce que l’ombre avait à offrir. D’une certaine manière, il pouvait même le jauger pour la première fois. Sans mentionner ce petit bonus en prime qui lui fit adresser un sourire amusé au loup.

- Maintenant je suis aussi grand que toi.

Un jeu enfantin, loin d’être divergeant de sa personnalité, qui était probablement offert à un mauvais moment. Au moins, il avait sût lui épargner ses blagues. Parole inexistante très certainement à cause de la main de Quirin qui se déplaçait de manière baladeuse, mais dont le parcourt paraissait à Clovis bien trop assuré pour ne pas avoir un but précis. Son attention se penchant sur celle-ci plutôt que sur une formulation rabouter de son cru. Pas un murmure, un mot, un dire alors qu’il comprit quelle était la proie qu’il chassait. Le pas était franchi, la parade terminée.

Surpris par cette conclusion si brusque, il n’y réagit pas dans l’immédiat. Malgré cet interstice, son corps ne se fit pas non plus désirer une éternité, bien qu’ils la possédaient tous deux, sous ce massage qui lui était offert à son tour. Un massage plus expert, plus habile, que ce qu’il avait pu faire vivre à sa bête. D’abord un grognement creux, puis la naissance d’un léger mouvement de son bassin contre ce qu’il avait d’autre à lui offrir. Le moment pour lequel il avait patienté était arrivé. N’allez pas vous y tromper. Ce n’est pas celui que vous avez en tête. Il est tout autre, bien qu’il arrivera peut-être à son tour dans un avenir rapprocher. Amplifiant le jeu de son bassin, ses mains commencèrent également à caresser les longueurs de la chevelure qui l’entourait. Lentement, telle une danse cérémoniale, il remontait son attention le long de ces milliers de serpents. Ce ne fut cependant non pas le corps de Quirin qu’il rejoint, mais le sien. Dans un geste lent et dénudé de la moindre pensée pour son intégrité propre, il lacéra son propre torse du haut de son épaule gauche jusqu’à son plexus. Il en laissa entendre une douce complainte étouffer de douleur délectable puisque conjugué aux attentions de Quirin. Il le fit à plusieurs reprises afin de multiplier les microlacérations que ses petites griffes pouvaient produire. Il n'avait pas les armes de son seigneur… Malgré cela il savait faire couler son sang à sa place. Des perles glissèrent le long de sa peau, terminant leur course dans l’eau chaude. Elles transformèrent une partie de leur lac personnelle en une mare d’un rouge léger et transparent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 52
Garde de jour
Quirin Kayser
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Dim 6 Nov - 23:25
Le dû... Clovis pensait réellement que le dû était son corps ? Etait-il naif à ce point ? Non cela serait étonnant... Et pourtant, cela semblait être le cas. Un petit souffle rapide, trahissant l'amusement concernant les mots de Clovis . Il mordille la chair à hauteur du cou et finalement, un claquement de dents résonnent l'espace d'un instant.

« C'est une vrai réponse ? Tu penses que ton corps sera le paiement de tout ceci... Clovis... Voyons, que tu sois mien ou pas. Je peux te prendre quand je le veux et ou je le veux. Et ça sera toujours le cas après. C'est dans ton sang, tu m'es soumis et tu le sais. »

Aucune question, uniquement des affirmations, pourquoi lui proposer alors qu'il était obligé ? Et quand bien même, tu crois Quirin si futile dans ses approches ? Dans ses envies ? Pour qui ou pourquoi le prends tu ? Tu es décevant à cet instant. Mais il n'allait pas t'en vouloir, il va mettre cela sur la situation présente, n'est ce pas ? Ne le déçoit pas, pas maintenant, rien n'est encore fait.

« Clovis... Clovis... Toi qui était venu avec des traits si enfantin... Te voilà à me parler comme la dernière pute d'un bordel... Aurais tu juste l'envie de te faire baiser contre un mur ou à quatre pattes à même le sol en te faisant tirer les cheveux pour avoir se genre de discours. Si ce n'est que ça, sache que c'était déjà au programme pour moi. »


Une chose était sur, le jeune homme n'avait plus du tout froid aux yeux, si ce n'était pas le cas la dernière fois, on pourrait croire que notre jeune ami avait, si on peut dire, le feu car non seulement il était on ne peut plus explicite dans les mots, mais les gestes l'était tout autant. Comment reculer quand ce dernier semblait s'ouvrir tel une fleur au printemps ? Aucune raison de le faire.

Il se fit couvrir à nouveau par le jeune homme, ce dernier se retrouvant dans une position discutable mais assez ironique concernant notre colosse de jais. Ce qui ne fut pas oublier par Clovis qui lui rappela sa domination sur sa hauteur.

« Ja... Tu es juste à la bonne position... »

Et comme pour expliquer ses propres mots aussi, il se tortilla, se déplaçant comme il pouvait pour venir caresser, de son membre, le fessier du jeune homme, toute position dominatrice n'est pas toujours bonne à prendre alors que Clovis... Il était bon à prendre. Il enserra la pression sur le ventre du jeune homme, le gardant ainsi pour continuer son petit jeu avec ce dernier alors que l'autre main remonta lentement sur la virilité du garçon. Laissant juste le bout de sa griffe partir de la base pour remonter vers la fragilité rose de ce dernier, le temps de le titiller, de jouer avec.

Quirin fut retirer de son espace de jeu, de ses pensées, quand il prit conscience de ses mains qui remontaient le long de sa chevelure, suivant les mouvements du coin de l'oeil, il se demandait ou ces dernières allaient arrêter leur course, mais étrangement, ce ne fut pas sur lui. Non Clovis semblait avoir autre chose en tête et cette chose était du masochisme léger. Le regardant faire, se demandant la raison avant de comprendre, avec grand plaisir, que ce dernier tirait une certaine extase dans ses propres lacérations.
Comme pour l'accompagner dans se plaisir solitaire, l'allemand servit de fourreau au membre de ce dernier, le caressant lentement en suivant le rythme des blessures qu'il s'infligeait. La main est délicate et la prise légère, juste ce qu'il faut pour le faire tressaillir, l'attiser sans le brûler. Il penche la tête sur le coté, mordillant d'une manière régulière la gorge du garçon alors que son regard se fait de plus en plus rouge, ses pulsions réveillaient par le flot rouge et l'odeur métallique qui commence à émaner peu à peu de ce torse mutilé.

« Tu devrais cesser cela Clovis... Si tu ne veux pas finir à dormir ici car incapable de bouger après... Ou c'est ce que tu recherches peut être... »

C'est un conseil, comme une alerte tirée pour toi, tu veux rendre un vampire accroc au sang dingue ? Qu'est ce que ça sera quand tu deviendras un vampire ? Il sera pire encore et là, tu pourras le tenir, d'une certaine manière, par les couilles. Il a tellement envie de te mettre face à lui, devenir lâper chaque parcelle de ce futur fourreau meurtri. Mais, non, il se devait de se retenir, il le devait pour se chauffer à blanc, un peu plus encore et dans le cas présent, Quirin avait encore assez de self contrôle pour te prévenir de cesser tout ceci avant que cela ne dérape en orgie de sang et de plaisir, même si intérieurement, il n'avait clairement pas envie que cela cesse en fait. Et pour preuve... Il souffla un peu... Et murmura au creux de l'oreille de sa chose de la nuit.

« Je t'offre un avant goût... »

Puis il retira sa main de la taille, le bras qui le maintenait n'était plus utile du tout puisque tout les deux étaient on ne peut plus installé l'un contre l'autre. Il posa son poignet sur ses propres lévre, un bruit de succession assez prononcé et le bruit d'une chair arraché ou meurtri se fit entendre. Il avait simplement arraché un morceau de sa chair, la partie était timide mais assez pour laisser filer une once de sang de là. Déposant ce dernier sur les lèvres ouvertes et chaleureuses de son amant qui semblait prendre son pied à soupirer sous ses propres tortures pour accentuer le tout. Espérant le rendre encore un plus " ouvert " par rapport à ce qu'il pouvait l'être dans l'immédiat.

Peux tu être encore pire et plus ordurier que tu l'es déjà Clovis ? Voyons ça de suite... Tu pourrais encore plus l'exciter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Lun 7 Nov - 1:59
- Le premier paiement d’une longue série qui sera varié et qui ne concerne certainement pas que cela. J’ai bien dit pour l’heure Meister. Pour l’heure…

Clovis adaptait son jeu. Il écoutait, tâtait le terrain, testait… Jusqu’à trouver la meilleure des stratégies. Celle qui lui permettrait d’avoir la pioche la plus efficace dans la vie. Une pioche faussée par sa malléabilité et sa perspicacité. Après tout, dans l’amusement qu’était ce cycle quasi éternel personne ne la jouait de manière totalement honorable. Il commençait à comprendre Quirin et le géant l’avait remarqué. Il lui avait dit. Lui si enfant devenait une pute. Pourquoi cela? Simplement, car c’est ce qui aguichait son loup. C’est ce que la bête aimait. Et encore une fois le vampire avait raison. Ce que cet humain appréciait c’était de plaire à son prédateur. Il n’avait plus aucune notion de survie il faut croire. Si cela se trouve, c’était vraiment dans son sang.

- Et sous toute réserve cela vous plait mon seigneur. Nous aurons de longue nuit à passer tous les deux. De nouveaux jeux à vous faire explorer où mes fesses sont contre vos hanches et votre crinière retombant sur mon corps. À moins que je ne sois attaché sous diverse position pour découvrir des utilités nouvelles à certains objets.

Il ne pouvait que devenir de plus en plus téméraire. Il était ainsi. Tranquillement il s’essayait. Au début, il n’allait pas bien loin, mais rapidement l’escalade devenait effrénée.

Un nouveau gémissement, différent des autres, s’échappa des lèvres pulpeuses de l’esclave. Plus haut perché que les précédents, tout comme son plaisir. Hum… Tant de soupir qu’il laissait entendre et d’expression différente qu’il laissait entrevoir. Quirin continuait de le façonner, d’une manière nouvelle. La malléabilité de Clovis se retournant contre lui-même. Sans qu’il ne s’en aperçoivent encore? C’était à voir. Pour l’instant cependant, le titan avait su faire accepter sa dangerosité latente à sa chose de la nuit pour que celle-ci se laisse fleurir entre ses mains. Clovis ne savait même plus à quand remontait la dernière fois qu’il avait pu se laisser aller à ces sensations coupables. Il lécha ses lèvres avec avarice quand l’une des griffes de son partenaire longea sa virilité jusqu’à atteindre son apogée. Sans parler de ses crocs délectables qui faisaient pression contre sa faible barrière de peau.

Malgré cela. Malgré toute cette manne sensorielle, Clovis continuait de ressentir de la  frustration à cause d’une insatisfaction qui grandissait aussi vite que son excitation durcissait et se dressait. Il voulait bien plus que ce que pouvaient lui offrir ses capacités humaines. Il avait besoin de l’attention de son bienfaiteur. De son futur passeur. Il avait besoin des armes naturelles de celui-ci.

- Soit. Que je dorme ici, mais donne moi un aperçu de ce que sait d’être dévoré par toi. Ne me laisse pas me lacérer seul. Réveille-toi un peu de ta dormance apporté par les manières raffinées de ce manoir.

Au bruit de succion, telle une orange trop juteuse dans laquelle on aurait croqué, Clovis retourna son attention vers ce que faisait Quirin. Il avait reconnu, le son. Impossible que cela échappe à ses sens. Il l’avait reconnu et le voulait. Pour preuve, il cessa le jeu de ses griffes contre son torse pour venir saisir le bras de son seigneur à deux mains. À peine son poignet eu le temps d’entrer en contacte avec ses lèvres que le similivampire se l’était déjà approprié sous son autorisation. Il commença en suçant avec délectation et avarice le présent qu’il lui faisait. En prendre le plus qu’il le pouvait, sachant que la plaie ne resterait longtemps. Et pour cause, il s’en suivit rapidement des morsures répétitives et insistantes pour bénéficier encore d’un instant. Jusqu’à ce que ses petits crocs ne puissent plus lui faire gagner davantage de temps. Il se résigna donc à lécher doucement le poignet du titan afin d’en tirer ce qui s’était perdu sur sa peau. Il ne resterait pas trace du liquide, au goût terreaux munis de notes amères et aux subtilités uniques pour chacun.

L’agneau te réclame. Il veut être dévoré. Alors qu’attend le loup? La proie est-elle si improbable qu’il ne peut se résigner à y croire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 52
Garde de jour
Quirin Kayser
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Mar 8 Nov - 17:38
Le premier paiement du longue série ? Clovis était entrain de sous entendre que notre jeune ami n'allait QUE payer de sa personne ? Que son corps serait amplement suffisant comme paiement pour ce qui allait lui offrir ? Ce n'était pas sérieux n'est ce pas ? Crois-tu que Quirin était aussi terre à terre, superficiel ? Ou alors espère-tu te jouer de lui à nouveau comme tu tentes de le faire en cet instant présent ? Veine tentative qui restera infructueuse, mais potentiellement intéressant dans l'essai.

Mais mine de rien, Clovis était on ne peut plus ouvert qu'à leur première rencontre, à leur première tentative de rencontre charnel. Voir totalement à l'opposé, lui qui s'était défilé pendant leur échange, se faufilant entre ses bras pour se défaire et éviter d'être sur la carte du dîner... Le voilà qui venait, dans une image culinaire, se poser au centre de la table, en tant qu'entrée, plat principal et dessert. A croire qu'il n'était plus le même, que la proposition l'avait décoincé ou ouvert à divers horizon. Lui qui se voyait comme une créature de chair sans lien, devait se croire redevable de Quirin ou lui appartenir d'une certaine manière. Ce qui n'était pas faut dans le fond.

« Voyez vous cela. Toi qui était frileux à l'idée de que je te prenne, te voilà à me susurrer à l'oreille, fait de moi ta chose comme tu en as envie, laisse le savoir vivre et la douceur aux autres et brise moi tel la poupée de chair que je suis. »

Les manières raffinés ? Quirin avait-il déjà eu des manière raffinées ? Il semblerait que oui, indirectement, il peut dégager une certaine classe dans sa manière d'être, d'évoluer ou même de menacer directement quelqu'un, jamais un mot plus haut que l'autre et toujours mesuré. Mais dans l'immédiat, Clovis voulait autre chose que des mots pesés et jugés aptes à être dit et surtout polis. Ses mains remontèrent lentement le long du corps du sac à viande alors que ses mots venait à mourir entre ses lèvres dans un soupir de satisfaction non dissimulé pour l'instant. Raffermissant sa prise pour le décoller de là, de sa position initiale tout en mouvant à son tour pour avoir ce qu'il voulait, ce qu'il désirait de ce dernier.

Le corps de Clovis n'était qu'une poupée vivante sous les ordres de ce dernier, le déplaçant, le bougeant, faisant de lui sa marionnette vivante pour le poser face à lui. Le regard de braise du chevalier vampire semblait briller d'une lueur d'envie et de plaisir qui ne faisait que grandir alors qu'il te marionnettisait pour t'avoir dans la position qu'il voulait. Les jambes de chaque coté de son corps, ton fessier juste à hauteur de sa virilité, d'ailleurs, un de ses mains était venu sécuriser et t'immobiliser pour éviter que tu ne puisses te mouvoir et quitter cette posture. Alors que l'autre main remontait le long de la colonne, le pouce suivant le chemin des vertèbres pour arriver aux cheveux trempées de ce dernier et venir se saisir de cette masse d'un mouvement vif du poignet, tirant dessus pour forcer le jeune homme à lever le visage vers le plafond, à s'offrir au canine de son amant nocturne, cou, jugulaire mais aussi le sommet de son corps.

Sans trop attendre une manière de se défendre ou même de calmer les douleurs naissantes qu'il pouvait créer en se faisait violent. Les lèvres du guerrier allemand se posèrent sur les plaies délicates et fines de son beau. Passant le bout de sa langue dans un premier temps avant d'aspirer le peu de se liquide de plaisir que tu lui offres. Aspirant, comme il peut, de temps à autre, pour espérer mordre le peu de chair offerte à lui alors que la main, posée sur les reins, se déploie et s'étire pour déposer le majeur sur l'extrémité de son membre, tirant dessus pour le loger entre les fesses de Clovis, alors que ses hanches, tel un automatisme, se mirent lentement à bouger sous l'envahissement qu'elle venait de réaliser.

Mais contre toute attente, ce qu'il avait en tête, ce qu'il avait espéré, n'allait pas se dérouler comme il le voulait, non, ses instincts que Clovis avait un peu trop titillé, échauffé, s'éveillaient peu à peu sous les différentes morsures qu'il réalisait sur la chair de son amant. Sa langue lapait chaque parcelle, récupérait chaque goutte de ce liquide aphrodisiaque alors qu'il réalisait enfin qu'il venait d'éveiller au fond de lui ses plus bas instincts. Encore apte à les maintenir en place, à les retenir, mais il ne voulait pas tout gâcher, après tout, Clovis désirait jouer à des jeux pervers et violents. Autant lui en offrir un avant goût... Quand il aura son sang de vampire, cela sera plus... Risqué pour lui.

Un frisson parcourut le corps du vampire alors qu'un claquement de dents put se faire entendre une fois, un tic nerveux, son visage qui se penche sur le coté par mini accoups comme prit de spasmes avant qu'il souffle, ne grogne avant de se remonter vers le minois de Clovis. La main qui maintenait la tignasse, poussa contre la nuque, plaqua le front contre celui du démon buveur de sang. Dans un murmure chaud et ne laissant que peu de place à l'interprétation, il lâcha.

« Sie gab mir hungrig. »

Et, comme mu d'une nouvelle force par le sang de Clovis. Le chevalier vampire se redresse d'un mouvement vif, enserrant durement de ses bras le jeune homme avant de l'éjecter purement et simplement sur son matelas, au diable l'eau sur les draps. Cela sera le cadet de tes soucis dans quelques minutes.

L'eau glisse et court sur le corps long et puissant du vampire, ses cheveux de jais voile une partie de son être, l’œil gauche à peine visible sous le voile charbon de sa tignasse alors que les marques rouges rompent le coté monotone de son corps sans vie. La cascade continuant à courir pour se stopper à hauteur des cuisses, voilant une partie de son anatomie, mais son plaisir étant bien trop visible pour être camouflé par un simple barrage de cheveux. La jambe se leva, passant au-dessus du bac avant de se poser sur le sol pour continuer sa progression et s'approcher de son lit. Le regard ne quitter par Clovis pendant cette progression lente qui refermé peu à peu le piège sur la chair.

Oh Clovis ne t'ennuie pas à bouger, à demander, à parler, tu n'allais pas avoir de réponse, non, la bête de sang bouillonnait dans l'immédiat et il avait déjà dessiné son plan sur ton corps et ton âme.

Quirin cassa sa hauteur, se penchant vers le corps de son futur amant, attrapant la cheville pour le tirer, le trainer dans les draps alors que l'autre main le fait tourner, de force, face au matelas. Un souffle, un soupir puissant juste après cela put se faire sentir sur la chute de reins de Clovis, le vampire remontait le long de la colonne alors qu'il le maintenait tel quel, impossible de bouger, juste offert à sa créature qui allait décidé bientôt de dévorer ce dernier.

Il est l'heure de manger... Ne t'offre pas Clovis... Il est assez grand pour se servir et il aime préparer son repas lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Lun 14 Nov - 13:58
Un léger rire, un léger frottement de son dos contre son torse, une légère pression de ses fesses contre sa virilité…

- Genau.

Tel un serpent qui aurait trouvé le moyen de grimper le long de son dos, Clovis pouvait ressentir le pouce de Quirin remonter le long de ses vertèbres. Frissonnant à cette sinuassions que représentait chaque creux et chaque pique de ses os, telle une montagne russe, pour au bout de ce chemin venir enfermer sa prise sur ses cheveux. En un soupir des plus agréable à entendre, l’humain laissa la bête jouer de sa force pour le placer comme elle le souhaitait. Il résistait parfois, mais uniquement par jeu. Après tout qui aime avoir une proie trop molle voir sans tonus. Ce fut un sourire que l’agneau esquissa sur ses lèvres lorsque le loup vint à dévorer le liquide rubis qui s’écoulait de ses plaies tandis qu’il plaçait également son bassin.

- Ha… Laissa-t-il courir en une douce expiration. Voilà enfin le roi des pythons.

L’une de ses blagues évidements. Qui aurait pu espérer qu’il pouvait y échapper. C’était à croire que Clovis se faisait une mission de les délivrer. Il ne se laissa pas non plus aller lorsque le garde usa à nouveau de son emprise, mais cette fois pour approcher le visage de sa chose vers le sien. Tout prêt de lui, Clovis lécha le bout de son nez, avec un air amuser et détendu, telle l’aurait fait un chat pour signifier à un autre qu’il l’apprécie. Celui-ci le faisant sans même se soucier des dires de son prédateur qui indiquait clairement son besoin charnel. Malgré cela, l’esclave ne se priva pas de le ramener à l’ordre en le corrigeant.

- Er. Et n’allez pas me prendre pour autre chose.

Ajouta-t-il en prime tout en le gratifiant d’un regard vif et perçant suite à sa voix qui s’était voulue autoritaire. Il s’en suivit malgré cela une nouvelle lichette sur le bout de son nez. Juste avant que Clovis se retrouve à nouveau, en un instant, sur le tas d’os du loup géant. Il avait eu à peine le temps de réalisait ce changement soudain de scène que déjà son amant de la nuit sortait de la prison qu’était la cuve servant de baignoire. Bien trop étonner de ce revirement soudain, la proie n’aurait pas réalisé la moindre douleur s’il y en avait eu une, suite au geste qui l’avait propulsé. Un rire trahit l’amusement de l’esclave à être ainsi prisonnier de ses désirs. Il profita également de la distance a laquelle se trouvait son seigneur pour redresser le haut de son corps afin de l’observer avec délectation. Il laissait courir son regard le long de ses cuisses pour l’arrêter un instant sur ses tatouages d’un rouge profond.

- Moi aussi je veux quelque chose du genre pour agrémenter les miens.

Son exploration continua tandis que Quirin était désormais complètement sous l’emprise de l’air frais, tout comme son repas qui s’arrêta à regarder avec envie la virilité de son bourreau. Il recommença, par la suite, à faire glisser son regard le long des lignes de ses muscles pour remonter jusqu’à son torse. C’est à cet instant que la cascade de jais du prédateur caressa délicatement les chevilles de sa proie alors que son corps se voulait à nouveau maîtriser par le vampire. Cette fois ce fut sans résistance que Clovis se plia à son retournement, y participant également. Il était curieux de ce que préparait le conseiller pour son repas et son excitation à l’encontre de ce menu inhabituel qui s’était présenté de lui-même dans son antre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 52
Garde de jour
Quirin Kayser
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Mar 15 Nov - 23:10
Il n'y eut aucune réponse, les lèvres du vampire n'avait pas desserré malgré le fait d'entendre les mots de son jouet de la nuit. Pourquoi faire ? Le temps de la diplomatie, des faux semblants, du langage jaugé et maniéré étaient derrière lui, l'heure ne devait plus être au mot, mais à l'action et Quirin en avait promis uniquement dans ses gestes, dans son regard, dans ses mouvements, entre lenteur pour se déplacer et rudesse pour exploiter et déplacer le corps de Clovis. Il n'avait été que violence avec sa créature à dominer et calme dans sa gestuelle du corps le concernant, délicat contraste entre excitation et mal en patience.

Même les tatouages ne le firent pas réagir, il avait été marqué avant sa transformation, il ne pourrait avoir les même s'il n'avait pas tout ces derniers avant sa perte de vitalité... Mais ne t'en fait pas Clovis, tu allais avoir ta réponse, pour preuve, quand l'humain se retrouva sur le ventre. Le vampire se pencha sur lui ce dernier, le torse contre son dos, ses tétons caressant cette peau tiède, le fit réagir, il adorait cette incandescence quittant les êtres encore vivant. le visage dans les cheveux de son amant, les genoux sur le bord du lit, se contorsionnant tel un chat alors que son souffle se glisse et se faufile dans au sein de la tignasse de Clovis pour venir caresser sa nuque.

«  Si tu les désires tant... Il va falloir te marquer avant que tu ne sois... Une créature de la nuit... Dit le maintenant... »

Et pour tenter de te faire arracher tes mots immédiatement, les doigts du démon de sang se referment sur la chevelure de jais du beau, tirant dessus pour le forcer à relever son minois et présenter son profil au guerrier allemand. Ce dernier sorti le bout de sa langue, caressant la joue avec lenteur, comme s'il prenait le temps de l'écouter, de le goutter, mais aussi lui offrant tout le loisir de donner sa réponse avant de passer... A la suite des événements.

Quand il entendra sa réponse, le vampire ne changera pas ce qu'il avait prévu, loin de là, car il repoussa les tentacules obscure pour libérer la nuque et déposer un baiser délicat sur la base avant de déposer un ongle à la première vertèbre. Lentement, il appuya, juste ce qu'il fallait pour faire naître une perle de sang, un rubis de vitalité. Remonté tel une boite à musique, le doigt glissa et lentement, le visage suivit juste après, laissant errer sur cette plaie, une langue qui se réchauffait au fur et à mesure quelle se voyait guider sur une piste marquée sur ce délicat trésor qu'il s'offrait de lui-même. Le peu de chaleur sanguine récupéré suffisait à faire bouillir peu à peu son être et réchauffer son souffle. Il n'avait d'yeux que sur cette courbe qu'il suivait, il en connaissait la fin, mais il la désirait tant, déposant, de temps à autre, un baiser sur cette chair maltraitée mais continuant tout de même ce trajet car l'intérêt était le lieu ou se trouvait le trésor, non ?

Cette douce torture se stoppa quand il arriva à hauteur des hanches, la main glissa sur la gauche alors que l'autre perdit sur la droite, enfermant la taille de ses ongles tranchants, appuyant juste ce qu'il fallait pour marquer cette délicate peau pour finalement l'enfermer entre les doigts et relever le fessier de cette offrande de chair et de luxure.

Il leva le visage d'un mouvement rapidement, ses cheveux volèrent vers l'arrière pour dégager ses marques et son regard rouge, caressant ses propres jambes et celle du jeune homme pour finalement déposer une joue sur son postérieur. Sortant le bout de sa langue pour venir s'amuser avec son doigt alors qu'un léger filet de salive se perdit entre les fesses du jeune homme. Sans trop d'attente et de petit jeu malsain et pervers, il présenta son index devant l'antre de plaisir de son amant et glissa juste sa première phalange avant de se redresser calmement, comme pour suivre la progression perverse de l'envahisseur de chair, enserrant toujours la taille de l'autre main, ses phalanges prennent vie et caresse la peau, délicate, comme une manière de faire passer la pseudo douleur envahissante qu'il avait du faire naître dans le creux de reins de sa petite créature.

Oh malgré l'absence de mot, de bruit, que sa respiration était inutile, Clovis pouvait tout de même sentir les poumons du vampire s'emplir de manière complète et irrégulière, trahison de son envie et de son excitation à son encontre, rajoutant à cela qu'un simple regard entre ses cuisses, il pouvait voir la virilité du vampire empli de désir à son encontre, tremblante des fois à chaque mouvement du corps de ce dernier, mais ne perdant pas de sa splendeur dans l'envie qu'elle avait de ton corps et de ton être.

Son autre main décida de libérer la taille, couvrant un peu plus le corps de son amant, pour faufiler cette main libre et désireuse de visiter trop peu connu pour se diriger vers l'autre partie qui lui plaisait, l'autre partie charnel de sa proie. Il enferma, soigneusement, dans un étau, le chybre de ce dernier, un sourire ravi se dessinant, il avait, selon lui, deux grands moyens de pressions sur toi à cet instant et pour preuve.

Comme pour prouver son emprise. Les mains s'activent de manière indépendantes, rapide puis lente, délicate et enfin rude, brisant cette logique de temps à autres pour le rendre un peu plus fous qu'il ne le sera. Il regarde avec amusement le corps de sa bête, voulant le voir se contorsionner, frustrer, désireux de plus mais aussi aimant cette partie encore peu développer entre eux.

Ne t'en fait pas, la suite ne serait que meilleur, pour toi comme lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser] Ven 16 Déc - 15:57
Une pression qui aurait été vite écrasante, s’il ne l’avait trouvé agréable, se fit ressentir contre son dos gravé. La présence du vampire, ainsi placé, lui donnait la sensation d’être coincé dans un piège à ours. Le corps entier pris dans cette mâchoire de fer qui n’attendait qu’un seul mouvement de sa part pour se refermer. Alors que Quirin se saisissait de la coiffure d’un Clovis qui ne bronchait pas. L’humain suivait le tiraillement de cette main qui apportait avec elle l’étau du collet. Un claquement bref et grinçant, de cette entrave imaginaire, qui produit malgré tout un tressaillement chez la proie. Geste qui se voulait significatif : « Quelles seront les conséquences de mon imprudence? » Qui n’avait jamais ressenti cette anxiété et cette tension qui vient avec un quitte ou double? Imaginé le même parie, mais effectué avec votre existence…

Un faible hochement de tête suivi d’un soupir qui libéra une partie de son anxiété.

- J’aimerai oui. Tu ne penses pas que cela serait approprié de modifier un peu ma scolopendre? Je ne pense pas avoir besoin de te dire d’où elle provient. Elle devrait devenir prédateur et non symbole de protection. Gagner son poison.

Au relâchement des serres de la créature, Clovis déposa sur le matelas la pesanteur de son crâne qui était emplie de questionnement. Tous ignorés. Installé sur le côté, un petit champ de vision s’offrait à lui du coin de son oeil. Il se divertissait à observer le seigneur immortel jouer de son corps fragile. À chaque vertèbre où, il venait enfoncer son ongle avant de le retirer, il avait le sentiment d’être à une séance d’acuponcture intime et sombre. Interdite. Comme s’il s’agissait d’une sorte de rite. Il trouvait cela charmant. Le passage de la langue de la bête et le pincement de ses griffes était suffisant pour le satisfaire en partie sans le faire languir. Le calice d’un soir ferma ses yeux pour se repaitre de ces deux sensations de chaud, par son sang, et de froid, par le contact de Quirin, qui devenait de plus en plus tiède puis bouillant comparées à leur mélange habituel.

- Apparemment, plus le lien est proche, meilleur est ton breuvage. Je trouve cela étrange. Cela doit être purement psychologique.

Un nouveau soupir et un nouveau souffle se fit entendre lorsque cela fut au tour de ses hanches de subir le marquage du terrain que le vampire avait exploré chez lui. Cette expiration délicate et langoureuse était empreinte d’une légère irrégularité dans le son qu’il laissa s’échapper de ses lèvres pulpeuses. Il commençait à en avoir besoin. Sa patience envers son exploration, bien qu’il l’appréciait, s’effritait au détriment de sa propre pulsion. Disons-le, il n’eut gèrent besoin de sa guidance pour relever son fessier sous sa hâte d’en arrivé enfin à ce moment. Il était habituellement expéditif. Alors oui, jusqu’à un certain point il pouvait se lasser lorsque cela s’éternisait trop. Beaucoup trop. En trop de manière et de finesse. Il savait apprécier même si ce n’était pas ce qu’il recherchait. Pas aujourd'hui tout du moins, ni dans la majorité des cas d’ailleurs.

Comme tout être, il était prisonnier de ses propres sensations charnelles. Au jeu des mains de Quirin, de sa langue, de sa salive perlante sur lui… Hum… Tant de réaction qu’il gratifiait soudain à son prédateur. Sa voix chevrotante, son corps tremblant faiblement sous certains de ses gestes… Ha… Sans oublier les expressions ridicules qu’il affichait, mais qu’il cacha en enfouissant en partie son visage contre le matelas du lit. Puis, soudain, semblant sortir de nulle part il grogna d’énervement et haussa le ton de sa voix. Elle ne se voulait pas agressive, mais malgré tout autoritaire, ferme et directive.

- Ça suffit! Ce n’est pas ce que je veux! Cesse de jouer à Roméo et fait le bon sang!

Cher Clovis… Qu’y avait-il de mal après tout? Il voulait simplement être sa poupée. Celle qu’il prend, sans plus de cérémonie, pour assouvir son envie. Combler son besoin de chair sans forcément se soucier à tout pris de lui dans l’immédiat. Être à sa merci plus qu’il ne l’était déjà. Être sa chose pour ses pulsions qu’il voulait que Quirin comble d’une manière bestiale. Être positionné au bon vouloir de son bourreau qui le déshabillerait à son goût avant de s’assouvir  immédiatement en lui. Être à sa disposition la plus totale. Le ressentir faire pression en lui, ressentir sa pulsion, lui servir de bas… Être dominé en somme. Tant par sa stature que par son chibre. Qu’il y est douleur ou non à de tels gestes brusques, Clovis ne s’en souciait guère. C’était l’acte et les résultats qui le faisaient réagir. Le petit homme avait beau se mentir, c’est Quirin qui avait raison. Il serait surement toujours soumis par lui, car c’est ce qu’il aime. C’est dans son sang comme le vampire lui avait mentionné.

Cependant, attention. Il ne fallait pas s’y méprendre. Ce n’est pas parce que Clovis aimait cela ainsi qu’il aimait cela avec tout le monde. Non, non, non. Comme la majorité, il n’appréciait cela qu’avec la personne choisie par ses soins. Un être avec qui il voulait partager des moments d’intimité.

- Joins donc la parole à l’acte!

Il l’imita faussement.

- Je peux te prendre quand je le veux et où je le veux. Aurais-tu juste l’envie de te faire baiser contre un mur ou à quatre pattes à même le sol…

Il revint à sa voix ferme.

- Oui! Alors, fais-le!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser]
Revenir en haut Aller en bas

Rose éternelle [Pv : Quirin Kayser]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Terminé] La rose éternelle [Mi Telniss, 113]
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Éternelle solitude | Lumi |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roncepourpre :: Chambre de Quirin Kayser-