RechercherRechercher  AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Vampire] Rán Yorick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Vampire] Rán Yorick Mar 19 Mai - 20:17

550 de large
Rán Yorick

100x100

Nom :

Yorick

Prénom :

Rán

Race :

Vampire
100x100

Age :

580 ans

Date de naissance :

1er décembre 2720

Lieu de naissance :

Russie
100x100

Calice ou Esclave de chair ?

//

Métier/Activité

Tailleur


Votre Histoire...
Soyez le bienvenue au Manoir de Roncepourpre ! Alors que vous pénétrez dans votre nouvelle demeure, on vous demande de signer le registre et de nous fournir des renseignements sur vous. Etes-vous un humain ou un vampire ? Etes-vous né au Bourbier ou ailleurs ? Qu'est-ce qui vous a conduit jusqu'ici ? Qu'espérez-vous pour l'avenir ?

[Année 2740 – En pleine tempête de neige - Campagne de Russie]

Un jeune homme, les jambes embourbés dans la neige jusqu'au milieu des cuisses, traverse la pleine de neige face au vent brutale dans l'espoir vain de pouvoir rentrer chez lui sans mal. On ne peut discerner sa silhouette mince sous toutes les couches de vêtements épais et chauds qui le recouvrent pour ne pas finir congelé par l'air de plus en plus glacial. C'est alors qu'il bute contre quelque chose d'inconnu, ne pouvant continuer à avancer, l'obstacle recouvert d'une épaisse couche de neige. Intrigué après avoir entendu une drôle de son, il tape une nouvelle fois dedans avec son pied, ce qui déclenche un semblant de grognement. Ses yeux s'écarquillent et il s'abaisse pour commencer à creuser dans la neige et en défaire ce qui semble être un animal. Quel ne fut pas sa surprise en découvrant un corps, glacial et pâle, un corps qui semble sans vie mais dont les prunelles rouges l'observe avec tout autant de surprise. Les yeux si spéciaux sont cernés, la mine creuse et fatiguée alors qu'une chevelure sombre comme la nuit entoure la silhouette. Le ciel est sombre et le regard rougeâtre de l'inconnu ne cesse de le fixer tandis que l'humain lui est figé, d’incompréhension, de surprise, un étrange étau serrant sa poitrine à lui en couper le souffle.
L'aura de l'homme frappa alors, une aura brûlante qui l'entoura tel un réconfort bouillonnant. Il respira de nouveau, frissonnant violemment à la sensation de celle-ci, le vampire se redressant, le port du visage haut et fier contrastant avec son apparente fatigue et faiblesse. Il entrouvre les lèvres, laissant échapper une voix grave et envoûtante, une voix rendue rauque par les blessures et la fatigue passée. Ces mots scellèrent le destin d'un homme d'à peine vingt ans.

« Viens à moi. »


[Année 2763 – Aux abords de l'Europe]

Rán l'avait suivi. Facilement, par instinct. Alors que son esprit tentait de le ramener à la raison, lui rappelant sans cesse qu'un vampire n'était pas fiable, qu'il n'était que nourriture et objet, il n'avait pu se résoudre à tourner le dos à ce que son cœur lui, lui hurlait depuis cette rencontre. Suis le, aime le, sois sien. Peut être avait-il été envoûté, peut être que ce vampire, ce Nicolaï Yorick l'avait ensorcelé, peut être était il fou, une chose est sûre, depuis ce jour, il ne voyait plus que lui.
Et une fois encore, marchant derrière lui, comme son ombre, il observe cette haute et large silhouette face à lui et qui lui tourne le dos. Habillé chaudement, Nicolaï marche avec assurance, ses pas se faisant léger malgré sa carrure puissante. Ses longs cheveux bruns ondulent dans son dos à chacun de ses mouvements et quelques fois il tourne son visage indéniablement masculins vers lui, souriant en coin et caressant son bouc par habitude lorsqu'il lui parle de ses anciens voyages alors que ses yeux rouges et intenses le couvent du regard.
Combien de temps s'était-il écoulé depuis leur rencontre ? Une vingtaine d'années. Vingt ans durant lesquels il n'a pas vieilli, protégé du temps qui passe par cette marque au creux de son cou. Il avait mis bien trois ans à l'accepter, cette marque, ayant quitté son chez lui, dans la dernière campagne de Russie où trône un village mourant lentement par le froid et le manque de vivre. Il avait été formé dans la fabrication de tissu plus ou moins chaud dans son enfance puis adolescence jusqu'à la mort de son dernier parent, sa mère, il fut alors le dernier survivant de sa famille, n'ayant ni frère et sœur. Cette nuit là, cette nuit de la fameuse rencontre, il était parti chassé, n'ayant pas mangé depuis plusieurs jours quelque chose de plus consistant qu'une vieille soupe. Alors quand cet homme lui avait proposé de le suivre dans la suite de son voyage il n'avait pas hésité. Entre une vie pleine de solitude et une autre, trépidante en compagnie d'un vampire qu'il avait appris à apprécier après quelques semaines, son choix avait paru évident. Nicolaï l'avait tout de suite charmé et il n'aurait sût dire si c'était grâce à ce physique animal, son aura chaleureuse, ce regard transcendant ou cette voix lui comptant milles et unes histoires qu'il dévorait sans mal, avide de rêve et de fantasy. Des personnes extérieures se seraient alors dit qu'ils se sont bien trouvés, un vampire assez âgé pour avoir vécu tout ce qu'il y avait à vivre et un humain rêveur et ne voulant qu'une chose, découvrir tout ce que le monde pouvait leur offrir. Il se complétait, l'un emplit de sagesse et protecteur, l'autre jeune et fougueux, adorable et plein d'entrain. Un accord silencieux les liait, lui racontait son histoire et acceptait l'hébergement que lui offrait le plus jeune et en échange, le vampire buvait un peu de son sang pour récupérer ses forces.

« Encore entrain de rêvasser, mon doux Rán. »

Déclare la voix chaude du vampire qui s'était stoppé en observant le plus jeune, un sourire taquin sur les lèvres. L'humain sursauta, s'étant perdu dans ses pensées sans s'en rendre compte, comme bien souvent et s’arrêta à son tour, surpris. Le jeune homme lui fit alors un sourire timide et pencha doucement la tête sur le côté en s'excusant.

« Fait attention petit, les montagnes sont à nos pieds et il sera plus difficile pour toi de les franchir si tu te perds sans cesse dans ton esprit. »

La large main vint caresser la joue avant qu'il ne dépose un tendre baiser sur les lèvres gelées de son humain. Il lui prit l'une de ses mains dans la sienne, marchant à nouveau et le tirant à sa suite pour ne pas le perdre.

« L'Europe telle que je l'aime est à deux pas, hâtons nous. »


[Année 2793 – Nom loin d'une bataille, à l'abri dans une cabane abandonné en pleine forêt]

C'est dans ces moments-là que les doutes disparaissaient, que les peurs s’évanouissaient et que son corps s'enflammait. Et c'est dans ces moments-là qu'il bénit son choix, sa vie et cet homme, ce vampire qui le noyait d'amour et de tendresse. Pourtant, le moment semblait désespéré, la guerre étant d'une violence sans nom dehors, les flammes et les attaques ravageant le village non loin. Mais alors que les vampires et les humains se déchiraient dans une guerre aussi stupide que barbares à leurs yeux, Nicolaï et Rán eux, sont perdus dans leur monde et dans leur étreinte. Cela faisait cinquante ans, jours pour jours que le jeune homme était le Calice du vampire. Cinquante-trois ans qu'ils vivaient et voyageaient ensemble. Et cette nuit là, la marque de son appartenance disparut pour la cinquième fois, signifiant la fin de la cinquième décennie, signifiant alors le début d'autre chose. Une chose que l'humain n'aurait pu prédire. Ils n'en avaient jamais parlé, ne l'avaient jamais évoqué, bien trop pris dans leur voyage, dans leur histoire, dans leur rêve à eux. Ce sont les soupirs qui se font entendre dans cette pièce où un léger feu crépite dans un coin. S'en suivi une plainte de plaisir qui résonne entre les murs de bois. Rán observe sa moitié à travers ses yeux mi-clos, voyant pour la première fois de l'inquiétude et une once de tristesse dans le regard flamboyant qui ne cesse de le regarder, affamé et envieux, dévorant du regard chaque parcelle de lui, comme s'il allait disparaître d'une seconde à l'autre. Ses attentions sont désespérées, son désir est violent et le jeune humain subit toutes ses émotions sans se plaindre, serrant un peu plus fort l'homme au-dessus de lui même si ses maigres forces ne valent rien contre celles de son vampire.
Ils ferment ses yeux pour ne plus voir la détresse dans le regard hypnotisant, si bien qu'il ne vit pas venir les crocs contre son cou, se plantant avec force dans sa chair et buvant quelques gorgées de sang. Une morsure si différence de d'habitude, si longue, si puissante, si éreintante. Elle le vida de ses forces, de sa vie. Elle s’arrêta alors, et c'est quelque chose de chaud et épais contre ses lèvres qui le maintient conscient encore quelques minutes. Il ne comprenait pas, pourquoi après tant d'années il avait décidé d'en finir. Il n'avait pas compris pourquoi, oui pourquoi il l'avait vidé de toutes son énergie pour ensuite le supplier d'avaler ce qu'il lui tendait. Il obéit portant, avalant le liquide aux saveurs métalliques et écœurantes.

Une page venait de se tourner sous des excuses rauques et profondes. Pour le meilleur .. Comme pour le pire.


[Année 2796 – Au cœur de la révolte – La fin de toute une histoire]

Il n'était plus cet humain fragile d'autrefois, il était devenu son égal et il pouvait à présent de battre à ses cotés, pour lui, pour le protéger à son tour. Il était vampire lui aussi, grâce à lui. Nicolaï l'avait rendu plus fort, immortel, pour le protéger, pour ne pas le perdre dans cette guerre. Ils s'étaient retrouvés dans celle-ci sans le vouloir, devant prendre part à un combat mêlant leurs races. La logique aurait voulu qu'ils se battent l'un contre l'autre, l'humain contre le suceurs de sang, le chaud contre le froid, la faiblesse contre la force. Pourtant entre eux, rien n'avait été normal ou logique depuis le début. Alors le plus vieux avait pris une décision, aussi dure soit elle, faisant de son humain un être froid, un être de sa race.

« Survis à mes côtés. Bois mon sang comme je boirai le tien. »

Avait-il dit à son réveil. La peur avait été trop grande. Un accord, une certaine promesse, de ne se lier à personne d'autre, de rester ensemble et de survivre à ce combat. Cela aurait dû être plus facile, moins triste mais tout ne fut pas rose pour eux. L'un se sacrifia pour que l'autre vive. L'un décida pour l'autre.

« Nicolaï ... »

Un murmure brisé, une tristesse immense qui ravage un esprit amoureux et un cœur dépendant. Il ne veut pas y croire. Il ne veut pas croire à cette vision, celle montrant le plus vieux blessé, mortellement, des lances traversant de part et d'autre son corps robuste et sanglant troué par les rares balles de fusil l'ayant touchés. Sa chute produit un bruit sourd alors qu'un triste sourire étire les lèvres du mourant, celles-ci déversant un flot de sang par toux. Rán le vit tomber, lentement, a à peine un mètre de lui. Il l'avait protégé en tuant les derniers ennemis, les ennemis de trop. Il répéta son nom, une fois. Puis deux. Espérant que tout cela n'était que le fruit d'un cauchemar quelconque. Mais rien ne se produit, tout resta en place, ce champs de bataille, ces cadavres au sol, Nicolaï gisant à ses côtés. Il se laissa tombé à genoux, attrapant son bras de ses mains tremblant, dardant son regard dans le sien. Une toux plus tard et le vieux vampire lâcha un léger rire qui le fit grimacer de douleur, avant de dire, d'une voix faible, ses pensées, confirmant ainsi son geste désespéré.

« Tu n'es pas blessé … Tout va bien. »

Rán secoua la tête et vit mordre son propre poignet pour faire couler son propre liquide vitale et le tendre à son compagnon qui tourna la tête, refusant le don. Le blond écarquilla les yeux, ses deux prunelles d'un bleu translucides se remplissant de larmes au fil des secondes.

« Tu dois vivre, j'ai fais mon choix, mon beau Rán. C'était toi ou moi et je me refuse à te voir mourir ... »

Rán avait beau lui dire de se taire, rien n'y faisait. Il perdait le peu de force qui lui restait à garder le sourire, à garder un ton apaisant dans ses paroles, le regard amoureux et brillant. Il tendit une main tremblante et frémissante vers son visage, salissant sa peau pâle des traces rouges de combat.

« Je t'ai donné tout l'amour dont j'étais pourvu … J'aimerais que tu le donnes en retour à ceux qui croiseront ton chemin. Chut … Ne dis rien. Promet moi juste de vivre. Pour toi, pour nous, mon Rán. »

Une promesse scellée, une promesse qu'il n'avait pu rejeter, une promesse qu'il lui avait accordé alors que son dernier souffle se faisait entendre, alors que les derniers mots qu'il prononça furent un « Je t'aime » qu'il n'avait jamais entendu jusque là.


[Année 2796 à nos jours – Un peu partout dans le monde jusqu'au manoir]

Rán avait passé des heures a observer les flammes consumant maison et villages tout entier. Il avait passé un nombre incalculable de jours a errer dans la nature, a dépérir au milieu d'une neige épaisse et froide. Il avait peu à peu perdu la chaleur accumulé toutes ces années. Toute ces années passées à ses côtés, perdues, envolées, ne restant que souvenirs douloureux. Mais il vivait, comme il le pouvait. Outrepassant sa souffrance, outrepassant son envie de mourir, de le rejoindre dans l'enfer de la mort. Il n'avait pas le droit, il n'avait plus aucun droit sur sa vie depuis leur rencontre, elle lui avait toujours appartenu à lui et à lui seul. Il n'appartenait qu'à lui, et ça pour toujours. Il se retrouvait condamner à l'immortalité, il lui en voulait tant … tout comme il l'aimait encore malgré les années qui passent. La politique change, la face du monde change mais lui reste figé.
Il voyage, encore et encore, se faisant passer pour un simple humains, un simple tailleur. Qui aurait pu croire que son apprentissage d'enfance lui servirait finalement ? Il faisait profile bas, observant sans véritable attention l'environnement changé, le comportement des gens évolué, s'éloignant de l'Europe durant de longues années. L'Europe … Lui l'aimait temps, cette Europe révolu.
Et pendant tout ce temps, durant toute cette errance, jamais il ne goutta au sang des humains, se refusant à en boire. Il était faible, il se laissait mourir malgré tout. Alors un jour, il revient. Dans cette Europe, dans cet endroit chéri. Dénué de force, dénué d'envie mais toujours tenu en vie par une promesse maudite d'amour, il se rendit au manoir dont il avait entendu parlé. Paré de ses plus beaux vêtement, cachant son air misérable sous une couche de glace, il affronta ce qu'il avait longtemps fuit. Les vampires, les humains, le peuple. Mais il ne ressentit rien de spécial. Pas de haine, ni envers les humains, ni envers les vampires. Pourquoi ? Il l'avait tué après tout, ces humains. Car eux aussi avait du souffrir comme lui avait souffert, il était trop jeune pour se dire totalement vampire, ses souvenirs de mortel étaient toujours trop frais, trop présent, il se sentait plus humain que jamais dans un corps d'immortel. Alors il se présenta, port haut, humble et pourtant fier.
Qu'est ce qui l'avait emmené ici exactement ? Cette promesse. Encore. Elle n'avait cessée de tourner dans sa tête tout ce temps et il lui avait fallu plus d'une vie pour en comprendre le sens et pour se relever. Alors il vivra, il profitera de ce que cette vie aura à lui offrir, reprenant force et courage.
Il tiendra son engagement et même s'il n'y croyait pas vraiment, en cet avenir, il lui laissa une chance.

Pour lui, pour eux.



100x100

Votre plus grand rêve :

Hum ... Trouver enfin la paix intérieur.

Votre plus grande faiblesse :

Sa promesse. Elle peut le rendre très manipulable.

Votre péché mignon :

Le feu. Étrange péché mignon qu'est celui-ci. Il adore les flammes, les observer pendant des heures et aime par dessus la chaleur qu'elles dégagent. Il ne compte plus le nombre de fois qu'il s'est brûlé, trop hypnotisée par celle-ci.
100x100

Etes-vous majeur ?

Yes sire !
100x100

Comment avez-vous trouvé le forum ?

Conseil d'un ami ♥

Quelque chose à dire à propos du forum?

C'est tout classieux, tout vampirique et pourvu d'un super contexte. Tout pour plaire ♥

Et vous avez lu le règlement?

Bien entendu.
Votre physique
Merci de compléter ce formulaire un peu indiscret...
♣ Taille : 1m78
♣ Poids : 58 kg
♣ Couleur de cheveux : Blonds très clair presque blancs.
♣ Couleur des yeux : Bleu d'eau clair, presque translucide par moment.
♣ Tatouage, piercing, cicatrice ? Aucun.
♣ Etes-vous vierge ? Non.
♣ Description : Fin et élancé, Rán possède une allure et une façon de se mouvoir gracieuse et légère. Ses gestes sont doux et souvent modérés. Il ne fait aucune manière et pourtant sa retenue lui donne un quelque chose d'aérien, de voluptueux, très sensuel et quelque peu fantomatique. Pâle, les cheveux tout aussi clairs, ses yeux eux se détachent du reste, perturbant n'importe qui par leur couleur bien plus vive et vivante que le reste. Un regard aussi coloré que perçant, donnant l'impression qu'il peut sonder l'intérieur de tous d'un seul contact visuel.
Rán dégage quelque chose d'extrêmement froid, une aura glaciale qui lui colle à la peau depuis de nombreuses années, sa situation vampirique n'aidant pas. Celle-ci effraie, rebute et éloigne la plupart de ceux qui l'approchent malgré son apparence agréable et classieuse. En effet, il a pour habitude de se vêtir de manière classe mais discrète. Des costumes simples mais sur mesure de couleur noir pour la plupart, il ne se démarque pas spécialement par le biais de la mode sans pour autant passer inaperçu. L'on peut cependant remarquer des petites barrettes du coté droit de sa chevelure qu'il ne quitte jamais.
Mais tout cela n'est que la partie visible du morceau qu'il représente. Et il faudra avoir le courage de creuser un peu pour en découvrir un peu plus. Après, la glace est faite pour fondre un jour ou l'autre.
Votre mental
Ce formulaire nous sera utile pour vous aider à trouver un Maître ou un Calice, alors remplissez-le avec soin !
♠ Trois qualités : Calme - Tactile - Reposant
♠ Trois défauts : Instable - Fataliste - Émotif
♠ Préférence sexuelle : Grand romantique, ses seules expériences sont en tant que receveur d'amour et de plaisir. Cependant, cela fait bien des années qu'il n'a pas pratiqué, alors ... qui sait.
♠ Description : Ce jeune vampire fait partie de ceux qui restent ancrés dans leur passé, dans leurs souvenirs, rêvant au bonheur d'avant, ne songeant même pas à regarder vers l'avenir. Tendre rêveur, romantique au possible, il croit au signe du destin et à l'image de l'âme sœur qu'il croit avoir rencontré puis perdu, faisant de lui quelqu'un de plutôt triste et froid. D'abord pour éloigner les autres, mais aussi pour se protéger d'une éventuelle blessure de trop. Il garde toujours une certaine distance vis-à-vis de ceux qui l'entoure. Il leur parle peu et cache ses états d'âmes pour ne laisser paraître qu'une expression neutre où règne un calme bien trop plat et effrayant. Tout peut paraître factice chez lui, son sourire, son amabilité, ses rires retenus et fades, son aisance au milieu d'une foule ou encore ses compliments qu'il dédit à ceux ayant le courage de l'aborder. Il parait coincé, égoïste et pompeux, voire hautain et dédaigneux. Seulement tout n'est qu’apparence et barrière, tout n'est qu'instinct de survie et protection, tout n'est que traumatisme et souffrance.

Le petit Yorick a tant de choses à faire découvrir, que ce soit sur sa personne ou ses attentions envers ceux qu'il aime. Ses sourires factices peuvent se transformer en un torrent de chaleur et de bonheur, ses paroles rares deviennent abondante et passionnée. Les rires se font plus fréquent, l'humour n'est qu'évidence et plaisir. Il possède un côté boudeur et timide que l'on aurait jamais pu deviner. Il se dégage alors de lui une douceur sans nom tandis qu'il cherchera sans cesse une chaleur perdue depuis bien longtemps, une chaleur qu'il n'a sans doute jamais connu. Par des gestes, par des approches, par des touchés plus ou moins longs, plus ou moins poussés. Une caresse sur le bras, une étreinte rapide, tant de signe qui montre qu'il est une personne tactile et ayant un grand besoin de contact. Rán est un assoiffé d'amour et de sentiments, aimant et chérissant ce qui compte pour lui.

Pourtant, malgré cette envie, malgré ce besoin, il ne dira rien à personne, ne demandera jamais rien, car il est ainsi. Ne se plaignant jamais, n'extériorisant jamais ses doutes, ses frustrations et sa tristesse. Vous pourrez le connaître bavard et avare de blague en tout genre, voire même taquin sans forcément connaître le coté romantique et désespéré de sa personne.

Il ne désire qu'une seule chose, retrouver la quiétude d'un passé révolu, qui fut courte mais intense. Il n'aura été la propriété que d'une seule et unique personne, ne se sera donné qu'à celle-ci et c'est la raison pour laquelle, depuis toutes ces années, il n'aura jamais touché plus que nécessaire l'un de ses humains, se contentant d'en prendre soin et de boire leur sang avec un certain respect et une certaine retenue. Car même s'il est un vampire, même s'il s'est retrouvé pris dans cette guerre d'autrefois malgré lui, ses rapports avec l'être humain ne sont pas conflictuels. Il tente de ne pas les effrayer, de leur faire passer leur décennie obligatoire dans un certain confort et les relâche par la suite, ne cherchant ni à les transformer ni à les garder auprès de lui. On peut en déduire qu'il est quelqu'un de généreux sans vraiment s'en rendre compte, soucieux du bien-être des autres tout en se cachant derrière une façade glaciale et factice.

Rán ne se sent pas investit dans l'histoire de ce monde, il ne prend pas part aux décisions et suit les règles sans les remettre en doute, sans pour autant le faire avec envie et certitude.
Il est en faite quelqu'un de profondément fataliste qui, malgré ses rêves et ses envies, ne croit plus vraiment en l'avenir, pensant avoir déjà tout perdu. Il vit la vie sans vraiment y mettre de volonté, se disant que de toute manière, tout finit mal et que le meilleur moyen de ne plus souffrir est de ne plus vraiment vivre. Triste pensées pour quelqu'un d'immortel ... Pensées qui le rendent déprimant mais aussi cruellement instable. Car sous ce calme peut se cacher un tempérament émotif, bien trop émotif pour son propre bien qui peut le rendre fou par moment. Fou de douleur, fou de colère, fou de rage, le faisant rentrer dans des crises telles qu'il s'enferme seul chez lui sans donner de nouvelles durant plusieurs jours. Des jours durant lesquelles il ne cesse de penser à cette promesse, celle qui lui interdit le repos éternel.

Rán n'est qu'un brisé comme un autre par des désillusions et des déceptions que son esprit trop faible n'a pu supporté. Il ne tient pourtant qu'à lui de découvrir sa force d'esprit et de relever son âme pour vivre pleinement la vie qu'il mérite.

© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 236
Lien de sang ? : Avec vous tous mes enfants.
MessageSujet: Re: [Vampire] Rán Yorick Mer 20 Mai - 1:12




Félicitations Rán Yorick !
Félicitations, tu es validé et tu es à présent un résident du Manoir de Roncepourpre ! Tu as été ajouté au groupe Vampires et tu peux maintenant consulter les recherches de Maîtres/Calices ou poster la tienne ici, demander des appartements dans cette section et créer des prédéfinis ici. N'oublie pas de recenser ton avatar et ta marque !

Si tu as la moindre question, tu peux me contacter par MP n'importe quand ! Je te souhaite un excellent séjour parmi nous, et beaucoup de sang, et de plaisirs...


Alastair de Roncepourpre

© Narja - Never-Utopia


Bienvenue à toi et merci pour cette fiche vraiment magnifique, tu as un style superbe et touchant, j'ai adoré lire te lire et j'espère que tu passeras de bons moments au Manoir ! Excellent jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roncepourpre.rpgdynasty.com

[Vampire] Rán Yorick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» ─ 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.
» Rosen Vampire
» The Vampire Diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roncepourpre :: Les Archives :: Le Registre :: Fiches validées Vampires-